ÉDITO

Laisse tomber…

Régulation, modalités d’adaptation régionale, cabinets libéraux agréés, maîtrise médicalisée, communauté professionnelle territoriale de santé, réforme territoriale des régions, missions régaliennes, structuration des parcours de santé, plates-formes d’appui, contrat territorial de santé, élections URPS… Laisse tomber !

Laisse tomber, c’est ce que l’on dit avec un tantinet de familiarité pour ponctuer une phrase qui invite l’impétrant d’en face à passer à autre chose. Selon l’humeur, on peut aussi enrichir l’expression : « laisse tomber la pluie ». Mais quoi, on ne va pas se pourrir l’été avec des métaphores à la sauce aléas météo.

Allez, on passe à l’ambiance farniente… Indispensable et bien méritée, cette parenthèse des vacances. Les dossiers des technos, le socio-pro, vous allez laisser ça à ceux qui le veulent bien… J’ai nommé au hasard, le noyau dur de la FNI sur lequel vous pouvez compter pendant que vous chausserez vos lunettes de soleil et vous tartinerez de crème à bronzer (non pas sur le pan bagnat quand même !).

Promis, on assure la surveillance continue sur les bons soins que nous réservent les autorités. Car l’administration n’est jamais aussi flegmatique qu’elle en a l’air, surtout l’été. Mieux, à cette saison elle mûrit ses décisions et prend en main les grands dossiers de la rentrée.

Le temps du repos a un effet secondaire appréciable : le recul.

Avenir & Santé vous invite à parcourir les sentiers de la réussite aves quelques-unes des initiatives FNI. Partagez-les car l’action et la persévérance sont les clés du succès, en l’occurrence celui du succès collectif pour l’amélioration de l’exercice de chacun et de la qualité des soins pour nos patients.

Plus que jamais ce doit être notre marque de fabrique pour faire valoir notre disponibilité et protéger notre autonomie. Ces valeurs, c’est vous-même qui les avez soulignées lors du jeu-concours « Haut les cœurs«  de la 50e Journée internationale des infirmières que nous avons organisé en mai.

La FNI marque sa différence par l’action, au-delà du discours et des effets de manche en rendant compte sur qui, quoi, quand, comment et pourquoi. Ce n’est pas le cas de certains touristes du syndicalisme qui affichent avec gravité ou émotion (en fonction de ce que la situation réclame) des airs de défenseurs de la profession, militant pour sa modernité. Dépourvus d’idées, ils se contentent de suivre le courant, et économes de leur énergie, ils la dépensent tout entière pour faire croire qu’ils font : eurêka, c’est moi.

Continuez à faire vivre l’action collective ; l’appartenance à la communauté FNI y contribue.

Bonne lecture, bons quiz et bonnes vacances, vous pouvez vous reposer sur la FNI.

 

 

Ajoutez vos commentaires

Nom Prénom
E-mail
Commentaire
Sécurité
Merci de saisir les caractères suivants
captcha

Commentaire

0
- 0
Supré Olguin Joseph

J’aimerais suivre vos formation.