Réaction de la FNI à la Stratégie nationale de santé

Avec la stratégie nationale de santé (SNS), Marisol TOURAINE porte un vrai coup au moral des infirmières libérales. En voulant faire de cette stratégie « la révolution du premier recours », le couperet tombe sur l’autonomie et l’indépendance acquise des infirmières libérales, comme sur leurs aspirations à pouvoir mettre l’intégralité de leurs compétences au service des Français.

Les infirmières indépendantes avaient mis à profit leur autonomie de façon exemplaire pour accompagner, sans y avoir été contraintes, le virage ambulatoire. Elles ont été les premières à se regrouper et à s’organiser pour assurer la continuité des soins, en endossant des responsabilités et en remplissant des missions d’intérêt général qui s’apparentent à un service public de proximité. Le tout sans jamais appliquer de dépassements d’honoraires.  Quel décalage avec la stratégie nationale de santé qui ignore la réalité de ce service rendu. Comment les infirmières libérales peuvent-elles recevoir la stratégie nationale de santé sans se sentir encore plus ignorées, voire méprisées ?

Enfin, la réalité décrite par la SNS ne laisse pas beaucoup de place pour l’exercice libéral des professions prescrites. Si la ministre avait voulu signer la fin de l’exercice libéral après avoir rassuré tout le monde, elle ne n’y serait pas prise autrement.

Lire le communiqué de presse