Valoriser et défendre les compétences infirmières

Les IDEL sont les professionnels de santé du « dernier mètre ». En logistique, le dernier mètre de la chaîne est celui où se concentre la valeur ajoutée de l’ensemble de la chaîne, parce que c’est celui qui entre en contact avec le client et, pour nous, avec le patient.

Nos compétences, notre organisation et notre implantation au cœur des territoires, légitiment le fait que les IDEL prennent une part plus grande reconnue dans la réponse à l’urgence et à la permanence des soins. Mais cela ne se fera pas tout seul et il faudra aller convaincre les pouvoirs publics en s’appuyant sur l’opinion et nos patients. C’est d’ailleurs ce qu’ont fait les infirmiers suisses pour imposer un débat sur l’élargissement de leur champ d’intervention.

La FNI fera de la promotion des compétences infirmières le fil rouge de son action en 2018. Cette nouvelle année l’exigera d’autant plus que nous allons enfin voir le bout du tunnel de nos négociations conventionnelles et pouvoir mettre en œuvre le bilan de soins infirmiers (BSI). La nouvelle stratégie nationale de santé du gouvernement commencera à se déployer avec pour objectif principal d’améliorer les parcours de soins et la proximité. Il nous appartiendra de réaffirmer que les IDEL font partie de la solution.

Il faudra aussi résister aux dérives de l’évolution des modes de rémunération que tentent d’imposer l’Assurance maladie et le gouvernement, à travers la rémunération forfaitaire à l’épisode de soins. Certains syndicats de médecins s’empressent de la soutenir sans savoir qu’ils vont ainsi donner les clés des soins de ville aux hôpitaux. Car c’est à ces derniers que les pouvoirs publics confieront la gestion des rémunérations… et nul doute qu’ils useront de ce levier pour favoriser l’HAD au détriment de la filière libérale. Comptez sur la FNI et la toute nouvelle Fédération française des praticiens de santé (FFPS) pour y faire obstacle !

Philippe Tisserand
Président fédéral