2019, Négociations… et Ordonnances au menu !

La reprise de nos négociations le 4 décembre augure de véritables avancées pour la pratique quotidienne des IDEL. Les équipes de la FNI ont produit un travail conséquent tant sur l’évolution du zonage que sur l’évolution de la nomenclature. Si nous avons dû opérer des choix, une très large majorité de nos propositions vont s’inscrire dans notre exercice auprès des patients, avec une NGAP en phase avec l’évolution des pratiques et des techniques.

Le 21 décembre, les partenaires conventionnels ont pu œuvrer à ce qui sera le cœur de l’avenant à la convention nationale, dernière ligne droite avant la rédaction qui s’achèvera sur la négociation du calendrier d’application.
Un chantier majeur reste à finaliser, celui du BSI, une séance complète de négociations se déroulera le 18 janvier.
Comptez sur vos élus FNI, pour poursuivre une action déterminée en faveur d’un exercice modernisé et sécurisé.

L’autre négociation conventionnelle qui débutera le 16 janvier, concerne la négociation interprofessionnelle qui mobilise, à travers l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), les syndicats représentatifs des professions de santé libérales afin de définir, avec l’Assurance maladie, un accord-cadre interprofessionnel (ACI) sur les modalités de financement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS). La FNI a dores et déjà rencontré le Président de la Fédération des CPTS Claude Leicher pour lui  réaffirmer son opposition à la substitution des syndicats représentatifs par sa Fédération. La FNI défendra pied à pied les intérêts des IDEL au sein de ces CPTS.

Enfin, il restera en 2019 aux syndicats infirmiers à négocier la mise en œuvre de la rémunération des infirmiers libéraux en pratique avancée, pour lesquels il n’existe pas encore de grille tarifaire.

Sur la Loi santé promise au printemps, les choses sont différentes puisque les principales mesures seront inscrites par Ordonnances ce qui signifie qu’elle ne seront pas débattues au parlement.

Mesure phare du Plan santé présenté par le Président de la République en septembre dernier, les assistants médicaux seront inscrits dans le champ conventionnel via la convention médicale et feront probablement l’objet d’une inscription dans cette Loi.
Présentée comme une avancée majeure, les faits démontrent une nouvelle fois que les craintes de la FNI étaient justifiées puisque ces assistants introduisent la notion de salariat infirmier au sein des cabinets médicaux.
Sur ce sujet, le 24 janvier sera l’objet d’une négociation entre les seuls syndicats médicaux et l’Assurance Maladie. Le rêve promut par certains syndicats de médecins ne risque-t-il pas de tourner au cauchemar lorsque l’on sait que les aides promises seront « dégressives ».