Collectif Santé 2017 : Les IDEL écartés au profit de l’HAD

Désaccords de fonds, clivages professionnels, tensions, la FNI ne peut plus continuer à défendre les intérêts des IDEL en restant dans l’instance interprofessionnelle du CNPS. Partageant ce constat avec deux autres syndicats infirmiers membres de l’instance, CI et l’Onsil, les trois organisations ont quitté le CNPS fin de semaine dernière.

La FNI a pris l’initiative, le 27 octobre, de quitter le Centre National des Professions de Santé (CNPS), organisation interprofessionnelle créée pour défendre tous les libéraux de santé face aux projets de loi pouvant impacter les professionnels de santé. De concert, la FNI, CI et l’ONSIL ont décidé de se retirer. Motif : trop de désaccords de fonds et de clivages professionnels.
Comment continuer à défendre les infirmières libérales alors que certaines positions qui pourraient leur porter préjudice ne fait pas l’objet de débats, au sein même du CNPS.
Dernière provocation en date, la création du “collectif santé 2017”, plateforme de communication pour la campagne électorale présidentielle. Ce collectif, composé des ténors du CNPS (CSMF, SML, FSPF, LEM), a choisi de faire entrer dans ses rang la FNEHAD (Fédération nationale des établissements d’hospitalisation à domicile) sans même avoir demandé aux IDEL d’y prendre part. C’en est trop pour les infirmières libérales qui, confrontées sur le terrain aux volontés hégémoniques de l’HAD, devraient en plus cautionner, par leur appartenance au CNPS, l’irresponsabilité des fossoyeurs du système conventionnel.

Cette annonce vient s’ajouter au sujet polémique de la vaccination. Là encore, la FNI regrette qu’une concertation interprofessionnelle n’ait pas eu lieu. Elle aurait certainement permis de défendre un amendement au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour permettre aux IDEL d’élargir leur rôle vaccinal au moment où les pharmaciens obtiennent la vaccination contre la grippe saisonnière. Alors qu’aux Entretiens de Bichat le 6 octobre dernier, la Direction Générale de la Santé, les Ordres des médecins, pharmaciens, infirmiers et la HAS s’entendaient sur la nécessité d’impliquer les trois professions pour relever le niveau vaccinal de la France, ce sujet n’a jamais été débattu au sein du CNPS.

Les syndicats d’infirmiers libéraux ont fait le choix de la cohérence et préféré quitter le CNPS. Ils retrouvent ainsi leur liberté de parole et d’action. La FNI, CI et l’ONSIL sont aujourd’hui convaincus que les professions non médicales ont tout intérêt à se regrouper dans un collectif interprofessionnel autour de valeurs communes.
L’acte fondateur d’une telle organisation pourrait être de demander une modification du livre 3 du code de la santé publique afin de remplacer les mots « auxiliaires médicaux » par « praticiens de santé ».

Consulter le communiqué de presse commun FNI CI ONSIL