COVID-19 : Le ministère publie des directives de suivi par les IDEL des patients suspects ou contaminés !

Toutes les modalités de prise en charge en coordination avec les médecins généralistes, les dérogations et les différentes cotations à appliquer . Un peu plus qu’une synthèse des différentes mesures !

Les lignes directrices relatives à la prise en charge en ville par les médecins de ville des patients symptomatiques en phase épidémique de Covid-19 prévoient quatre modalités de surveillance d’un patient COVID-19 à domicile :

  • Auto-surveillance (patient ou entourage) ;
  • Suivi médical ;
  • Suivi renforcé à domicile par des infirmiers, en complément du suivi médical ;
  • Hospitalisation à domicile (HAD).

1. Cas relevant d’une prise en charge d’un patient Covid-19 par un IDE à domicile

Cette prise en charge spécialisée doit être prescrite, par tout moyen y compris messagerie, par le médecin qui assure le suivi d’un patient Covid-19. La prescription comporte les précisions suivantes à destination des IDE :

la fréquence de suivi, les signes d’alerte à rechercher, les modalités de suivi (suivi au domicile en présentiel ou en télésoin, le cas échéant suivi en téléconsultation en lien avec le médecin).

Pour rappel, en phase épidémique stade 3, les patients Covid-19 qui pourront être suivis par les IDE à domicile sont :

  • Patient ayant été hospitalisé car ayant présenté une forme symptomatique avec signes de gravité et dont les critères cliniques d’évolution permettent un retour au domicile ;
  • Patient ayant été vu par un médecin de ville car ayant présenté une forme symptomatique sans signes de gravité nécessitant un repos et une surveillance de quelques critères cliniques au domicile par un tiers en complément du suivi médical.

2. Organisation du suivi à domicile
Il est préconisé quand c’est possible de privilégier le télésuivi, pour limiter les risques de contamination.

2.1. Télésuivi infirmier

  • Définition du télésuivi
    Rappel de la définition du télésoin : « Le télésoin permet la pratique de soins à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication.
  • Outils de télésuivi
    Le télésuivi est réalisé préférentiellement par vidéotransmission avec le patient, ou par téléphone si les équipements du patient et de l’infirmier ne le permettent pas. Il est réalisé en utilisant les moyens technologiques actuellement disponibles (site ou application sécurisé via un ordinateur, une tablette ou un smartphone, équipé d’une webcam et relié à internet, ou à défaut, un téléphone).
  • Le contenu de l’acte de télésuivi et les signes cliniques de surveillance
    Au préalable de la prise en charge du patient, l’IDE recueille des informations et le plan de soins prescrit par le médecin qui prend en charge le patient (points de vigilance, rythme de surveillance…)
  • Le contenu de l’acte de télésuivi et les signes cliniques de surveillance
    Au préalable de la prise en charge du patient, l’IDE recueille des informations et le plan de soins prescrit par le médecin qui prend en charge le patient (points de vigilance, rythme de surveillance…)

Les critères d’éligibilité des patients au télésuivi sont les mêmes que les critères d’éligibilité au suivi en présentiel.

Si l’IDE estime que les conditions ne sont plus réunies pour lui permettre d’exercer le suivi, il se rend alors chez le patient afin de réaliser une surveillance en présentiel et en informe le médecin traitant qui ajustera la prescription de suivi infirmier le cas échéant.

  • Cotation
    La cotation est un AMI 3,2

2.2. Les visites à domicile

Pour limiter le risque de contamination des patients vus au domicile lors d’une tournée, il doit être mis en place des tournées spécifiques COVID-19 : soit en dédiant une partie de la journée aux patients COVID-19 soit en dédiant un professionnel aux patients COVID-19.

La fréquence de la visite à domicile par l’IDE dépendra de l’état de santé du patient et sera déterminée en concertation entre le médecin prescripteur et l’IDE effecteur.

  • Cotation
    Pendant la durée de l’épidémie, de manière dérogatoire et transitoire et afin d’assurer la surveillance à domicile des patients atteint ou suspect d’infection, les IDE sont autorisés à coter un AMI 5,8 par analogie avec un acte existant à la NGAP : acte de surveillance clinique de prévention pour un patient à la suite d’une hospitalisation pour épisode de décompensation d’une insuffisance cardiaque ou d’exacerbation d’une bronchopathie chronique obstructive (BPCO). Le nombre d’actes et la fréquence de réalisation seront déterminés par la prescription médicale.

Si la surveillance s’applique à un patient nécessitant par ailleurs des soins, l’acte AMI 5,8 sera cumulable à taux plein en dérogation de l’article 11B.

Par ailleurs, la règle inscrite à l’article 13 de la nomenclature générale des actes professionnels sur le remboursement des indemnités de déplacement selon laquelle « le remboursement accordé par la caisse pour le déplacement d’un infirmier ne peut excéder le montant de l’indemnité calculé par rapport à l’infirmier, se trouvant dans la même situation à l’égard de la convention, dont le domicile professionnel est le plus proche de la résidence du malade » ne s’applique pas en l’espèce.

2.3. Téléconsultation

L’infirmier peut également accompagner les patients lors des téléconsultations avec le médecin.

Depuis janvier 2020, trois actes d’accompagnement sont possibles selon que l’acte est réalisé lors d’un soin infirmier déjà prévu, que l’acte est réalisé isolément dans un lieu dédié aux téléconsultations ou que l’acte est organisé de manière spécifique à domicile.

Ces 3 actes d’accompagnement sont valorisés différemment selon que l’acte est réalisé :

  • Lors d’un soin infirmier déjà prévu (code TLS -10€)
  • Dans un lieu dédié aux téléconsultations (code TLL -12 €)
  • Ou organisé de manière spécifique à domicile (code TLD -15 €)
  • Possibilité de facturer des frais de déplacement y compris pour l’acte TLL*

3. Modalités de surveillance et de retour vers le médecin

3.1. La surveillance

Les paramètres de surveillance à prendre en compte chez un patient ayant présenté une forme symptomatique sans signes de gravité nécessitant un repos et une surveillance de quelques critères cliniques au domicile par un IDE.
L’objectif de cette surveillance est de détecter chez le patient la présence de signes de gravité, nécessitant une prise de contact immédiat avec le SAMU-Centre 15 pour qu’une hospitalisation puisse s’organiser.

Les signes de gravité suivants sont des indications d’hospitalisation :

  • Polypnée (fréquence respiratoire > 22/min) ;
  • Oxymétrie de pouls (Sp02) < 90% en air ambiant ;
  • Pression artérielle systolique < 90 mmHg ;
  • Altération de la conscience, confusion, somnolence ;
  • Déshydratation ;
  • Altération de l’état général brutal chez le sujet âgé.

Une attention particulière doit être porté sur les patients présentant des comorbidités à risque de Covid-19 grave.

3.2. Retour d’information IDE-médecin

Trois situations sont possibles :

  • Le patient présente des signes de gravité : l’IDE prend contact avec le SAMU-Centre 15 qui décidera de l’organisation à mettre en œuvre pour hospitaliser le patient ;
  • Le patient présente des signes d’aggravation sans signe de gravité, un avis doit être pris auprès du médecin immédiatement ;
  • Le patient ne présente pas de signes de gravité.

L’IDE rend compte de l’état de santé du patient au médecin selon une fréquence qui aura été déterminée au préalable entre le médecin et l’IDE, et sera notifiée sur la prescription médicale.
Une traçabilité de la surveillance de l’IDE devra apparaître dans le dossier médical partagé du patient et dans le dossier médical du médecin traitant.

4. Protection des soignants et mesures d’hygiène

Pour éviter la contamination des soignants et des patients vus les uns après les autres lors de la tournée de l’IDE à domicile, des règles d’hygiène sont à respecter.

Le patient doit porter systématiquement un masque chirurgical en cas de contact avec un professionnel de santé. S’il n’en a pas, l’infirmier lui en fait mettre un.

Après usage, tensiomètre et saturomètre sont à décontaminer avec un détergent désinfectant virucide ou avec de l’eau de javel 0,5% avant de les ranger dans la mallette qui sera décontaminée également. Les surfaces étant contaminées, il est nécessaire que les appareils utilisés ne soient pas déposés sur des surfaces comme une table ou un lit.

Les déchets à risque de contamination du patient (mouchoirs, gants, masques) sont à stocker chez le patient et à éliminer au terme de la période de confinement dans le circuit classique des ordures de ménagères en double ensachement. Les DASRI doivent suivre la filière habituelle d’élimination.

S’il est nécessaire de remplir un dossier papier, le stylo est celui de l’infirmière qui se trouve dans la mallette et qui à décontaminer au même titre que les appareils utilisés.

Après chaque visite et avant entrée dans le véhicule, une hygiène des mains par friction hydro- alcoolique doit être réalisée. A la fin de la tournée, il convient
de décontaminer le volant et tous les accessoires dans le véhicule qui ont été touchés avec un détergent désinfectant virucide ou avec de l’eau de javel 0,5%.

Il faudrait favoriser l’utilisation de l’oreillette pour éviter de toucher l’écran du téléphone pour décrocher lors d’un appel. Le téléphone doit être décontaminé avec un détergent désinfectant virucide ou avec de l’eau de javel 0,5% à chaque fois que l’écran est touché.

5.Possibilité pour les infirmiers libéraux d’exercer en parallèle de leurs remplaçants

Pendant la durée de l’épidémie, de manière dérogatoire et transitoire et afin d’augmenter les ressources disponibles, il est possible pour les infirmiers d’exercer en parallèle de leurs remplaçants en dérogation du code de santé publique et de la convention nationale des infirmiers.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Formations e-learning gratuite NGAP Covid-19

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 30 septembre 2020 (21:17)

Formation Insuffisance cardiaque et BPCO

L’AFCOPIL et la Société Française de cardiologie vous proposent une formation DPC validante.

Plus d’infos

Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL