Déconfinement : la FNI se bat pour la prescription des tests

La réussite du déconfinement repose sur de nombreux facteurs collectifs et individuels. Le dépistage de grande ampleur y jouera un rôle crucial pour circonscrire le danger d’une seconde vague. Les IDEL doivent y contribuer en prescrivant les tests.

Présentes en première ligne, sur le terrain, malgré des conditions très difficiles, pour combattre l’épidémie et la faire reculer, les IDEL ont un rôle essentiel à jouer dans le déploiement de la politique de dépistage qui sera mise en œuvre pour accompagner le déconfinement.

La FNI est intervenue sur le sujet au JT de 20H de TF1 : https://youtu.be/u_w3zGoEV10

Le dépistage massif et rapide de la population souhaité par les Pouvoirs publics implique une vaste mobilisation des professionnels de santé. Le Premier ministre se donne pour objectif de porter la capacité de la France à 700 000 tests par semaine. Ces tests seront pris en charge à 100% par l’assurance maladie. Pour la FNI, les infirmiers libéraux qui travaillent déjà en lien étroit avec les laboratoires de biologie médicale, doivent aussi pouvoir prescrire les tests à compter du 11 mai lorsqu’ils constatent des symptômes évocateurs du Covid-19. Les IDEL doivent également pouvoir réaliser directement ces tests lorsque les tests rapides seront disponibles.

Prescrire et réaliser les tests permettra un gain d’efficacité en évitant aux patients de se déplacer vers les cabinets médicaux, les laboratoires ou les hôpitaux. En agissant ainsi plus vite et au plus près des patients, le dépistage sera plus efficient. Bien évidemment, les IDEL informeront le médecin traitant à chaque étape, à l’aide des messageries sécurisées ou du DMP, lorsqu’il existe.

Au total, les IDEL sont incontournables pour la réussite du déconfinement. Le syndicat compte bien le rappeler au gouvernement.