Pourquoi se syndiquer à la FNI ?

Du point de vue de certains, les syndicats n’auraient pas bonne presse. Pourquoi ? Leur image est souvent brouillée dans les médias au point qu’il devient difficile pour qui ne s’intéresse pas de s’y retrouver. Nous pensons qu’il est important d’en parler afin de tordre le cou aux idées reçues et surtout de rappeler que sans les syndicats, il n’y aurait plus de paritarisme. L’Etat piloterait tout et sans partage.

Tout d’abord il faut savoir que les syndicats d’infirmiers libéraux n’ont rien à voir avec les centrales syndicales de salariés que l’on trouve à l’hôpital. Pour une raison simple : les syndicats professionnels tels que la FNI, ne représentent qu’une seule profession, la leur. Ils ne se positionnent pas dans une posture “avec ou contre le patronat” car les IDEL sont eux-mêmes chefs d’entreprise. Enfin, il est à noter que les représentants syndicaux libéraux s’investissent bénévolement.

Les syndicats IDEL sont-ils de gauche de droite, ou rattachés à des mouvements politiques ? Historiquement ils ne sont reliés à aucun parti politique. La FNI dans ses statuts s’interdit par ailleurs toute activité de politique ou religieuse. Nous sommes donc comme les IDEL, indépendants !

À la FNI nous pensons que se syndiquer c’est faire beaucoup pour sa profession, c’est s’engager dans sa défense et sa promotion : c’est comme aller voter, un devoir.

De manière globale, nous savons que les professions dans lesquelles les taux de syndicalisation sont les plus élevés connaissent un dialogue plus propice à un débat constructif.

Qu’est-ce qu’un syndicat représentatif ?

Tous les 5 ans l’Etat réalise une enquête afin de déterminer quels sont les syndicats répondant aux règles leur permettant de s’exprimer et de négocier au nom de la profession. Ainsi la représentativité des syndicats, et pas uniquement dans le secteur de la santé, est appréciée selon plusieurs critères auxquels il faut satisfaire en totalité. Tout d’abord, le respect des valeurs républicaines, ensuite l’indépendance, la transparence financière, une ancienneté minimale dans le champ professionnel, la présence effective sur le le territoire national, le nombre d’adhérents, et l’audience mesurée à partir des résultats obtenus aux élections professionnelles (élections URPS).

Seuls les syndicats représentatifs qui représentent les IDEL, négocient et signent la Convention et la NGAP. Si nous ne sommes pas nombreux à adhérer aux syndicats, les décisions se prennent sans les principaux concernés. Et vous le savez, ce qui fait la force d’un syndicat, c’est d’abord le nombre de ses adhérents.

D’autant que les ressources principales des syndicats sont les cotisations de leurs adhérents. Il n’y a aucune subvention de l’Etat: nous ne pouvons compter que sur nos adhérents pour avoir les moyens de défendre et promouvoir la profession IDEL.

Qu’apportent les syndicats ?

La FNI assure à la fois la défense collective de la profession lorsqu’elle négocie avec le ministère de la Santé ou l’assurance maladie, la défense individuelle des IDEL, par exemple en cas de litige avec les caisses. Et pour ses adhérents, elle apporte un accompagnement dans leur exercice quotidien à travers des informations précises, une revue professionnelle, une aide à la cotation, une aide juridique, des formations (NGAP, etc.) au plus proche du terrain et de la législation (puisqu’ils négocient avec nos tutelles). Par ailleurs, des services spécifiques sont négociés pour toute la profession (mutuelle FNI Santé spécifique, comptabilité, mise aux normes des cabinets…).

Enfin, et c’est peut-être le plus important, les syndicats représentatifs désignent des délégués qui nous représentent au sein des Commissions Paritaires Départementales (CPD) qui siègent dans les CPAM. Ils font donc le lien entre les IDEL et les Caisses d’Assurance Maladie.

C’est important car ainsi nous pouvons agir localement et ces délégués sont aux côtés de leurs adhérents pour éviter les abus qui pourraient survenir (lire : https://fni.fr/halte-abus-de-pouvoir-caisses/ )

Qu’est ce que la FNI ?

La FNI, Fédération Nationale des Infirmiers, est le plus ancien syndicat, créé quasiment au même moment que la profession IDEL, en 1949. Il a accompagné l’évolution de la profession depuis presque 70 ans pour en faire aujourd’hui la première offre de soins ambulatoires.

À la FNI, nous avons dès le départ estimé que nos adhérents devaient accéder à une palette de services, comme dans les syndicats dits « de service » que l’on trouve dans les pays anglo saxons, il ne s’agit pas simplement de payer une cotisation et d’attendre l’année suivante.

Nous offrons donc à tous nos adhérents l’abonnement à notre revue mensuelle Avenir & Santé, écrite essentiellement par des IDEL, une newsletter e-mail tous les 15 jours, une hotline NGAP, une hotline juridique (La FNI est en effet autorisée par le ministère de la Justice à exercer le droit à titre accessoire), nous montons des projets porteurs pour la profession (Qualidel, inzee.care…), des formations notamment sur la NGAP (avec l’organisme AFCOPIL), des tarifs négociés (Compta, Assurances, mise aux normes handicap du cabinet, etc) et bien évidemment un Congrès national et des événements en région.

La vision de la FNI pour la profession infirmière a été synthétisée au sein d’un “livre blanc” intitulé “Horizon 2030” que vous pouvez télécharger ici : https://fni.fr/dl/Horizon-2030-FNI-IDEL.pdf

Enfin, la FNI est à l’écoute ses adhérents et porte les demandes du “terrain” auprès des Pouvoirs publics pour ensuite les mettre en place. Ainsi, lors de son 60ème congrès, 60 idées ont été recueillies auprès de nos syndicats départementaux et synthétisées dans ce document : https://fni.fr/dl/60-idees-60eme-congres-FNI.pdf

Vous pouvez constater que de nombreuses idées et propositions sont déjà mises en place ou en cours de déploiement (CPS remplaçants, facturation des soins des stagiaires, terminal paiement sur téléphone mobile, Scor, Adri, application d’adressage inzee.care, baromètre des pratiques, voiture électrique en milieu urbain, coffre de voiture “spécial IDEL”, création d’une société savante, référentiel qualité Qualidel, etc.) Enfin, la FNI participe au niveau national avec des groupes de travail à la mise en place de certaines de ces idées (DMP, tutorat, formation obligatoire à l’installation, accès “premiers recours”, ROR, etc…).

Combien coûte une adhésion à la FNI ?

Cela dépend du syndicat départemental, mais en moyenne, le coût de l’adhésion est d’environ 17 €/mois. Cette somme est bien évidemment totalement déductible de nos charges, car il s’agit d’un engagement pour sa profession. Il faut souligner que la large palette de services procurée par l’adhésion permet d’en rentabiliser rapidement le coût.

Et surtout, chacun d’entre-nous rejoint une “communauté” au sein de nos départements. Les syndicats FNI départementaux organisent ainsi des événements, des soirées, des AG etc qui nous permettent de rencontrer d’autres IDEL afin de renforcer nos liens et d’être plus unis pour défendre et promouvoir notre belle profession.

Pour adhérer dès maintenant à la FNI :