Dites non aux glycémies faites par les aide-soignantes

La FNI est en première ligne pour défendre le décret qui protège les actes infirmiers de l’appétit des autres professions mais surtout des employeurs qui se verraient bien faire des économies. Alors que le ministère de la santé profite du mouvement du 8 novembre pour vouloir solder les actes infirmiers, signez d’urgence la pétition contre ce projet.

Le 8 novembre, des milliers d’infirmières ont crié leur colère face au mépris de la ministre de la santé à leur encontre. Vous en faisiez peut-être partie. Malheureusement, ce beau mouvement risque de se retourner contre la profession, pour deux raisons. D’une part le ministère y voit l’occasion de remettre sur le tapis un projet qu’il nourrit de très longue date, à savoir remplacer le décret d’actes par des missions de santé publique. Non qu’il ambitionne pour la profession des velléités d’émancipation mais il espère ainsi faire des économies en bradant les compétences infirmières aux autres professions : pédicures, aides-soignantes, pharmaciens…

D’autre part, certains syndicats, hélas, se laissent charmer par l’appellation « missions de santé publique » et seraient prêts à embarquer la profession toute entière dans cette direction, attirés qu’ils sont comme des papillons dans la lumière des phares… Il n’y a pas d’espoir à trouver dans le remplacement du décret d’actes par des missions de santé publique pour une raison simple : cela signe la perte de notre monopole d’actes. Finie la protection des actes infirmiers vis-à-vis de toutes les autres professions, soit une réduction par deux ou trois de notre activité. Seul un décret en conseil d’État assure le niveau de protection suffisant pour éviter la déqualification et l’attribution des actes infirmiers aux autres professions.

On pourrait comprendre que du point de vue des salariés, la protection des actes semble avoir moins d’importance. Mais pour nous, libéraux, il en est tout autre. Notre chiffre d’affaires repose sur le monopole infirmier sur les actes. Il serait totalement inacceptable que la forte mobilisation du 8 novembre aboutisse à une réouverture de ce dossier. L’urgence est de se mobiliser en signant la pétition pour la réactualisation du décret d’actes https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-professionnels-fili%C3%A8re-infirmi%C3%A8re-exigeons-de-l-actualisation-de-notre-d%C3%A9cret , comme nous l’avions déjà fait avec succès en 2009 sur le registre “touche pas à mon décret”.

Ensuite, la priorité sera d’enrichir la liste d’actes pour en inscrire de nouveaux comme la prise en charge des cathéters périnerveux par exemple.

LIEN VERS LA PETITION :
https://www.change.org/p/fran%C3%A7ois-hollande-professionnels-fili%C3%A8re-infirmi%C3%A8re-exigeons-de-l-actualisation-de-notre-d%C3%A9cret