Élections ordinales : pourquoi il est important de voter en octobre !

Loin d’être anecdotique, cette échéance est cruciale pour les infirmiers libéraux. Il s’agit pour les Idel de voter au mois d’octobre pour des candidats partageant la même vision claire du rôle de l’Ordre pour la profession et désireux que celui-ci soit un appui plutôt qu’un frein dans leur exercice quotidien en ces temps de crise sanitaire..

« L’enjeu de ce suffrage est réel, ne serait-ce qu’au regard du positionnement de l’Ordre qui a voulu organiser des États généraux, de surcroît sous forme de simple visioconférence, au sortir du Ségur de la santé, avec une restitution initialement prévue lors du Salon infirmier de la rentrée, explique Daniel Guillerm, Président de la FNI. Plus largement, l’ONI revendique des missions qui dépassent largement celles que lui accorde la loi, à savoir l’inscription au Tableau et la déontologie. On est dans une guerre de pouvoir qui le voit s’arroger des prérogatives qui ne relèvent pourtant pas de ses compétences. Aujourd’hui, il prétend tout faire, ce que nous dénonçons. »

Compter au sein de l’Ordre

Il n’est en effet pas envisageable, aux yeux de la Fédération, que sur un modèle quasi-monarchique, le Président de l’ONI convoque, à sa guise et selon des modalités qu’il a lui-même décrétées, le Tiers État que sont les Ide. La FNI est, au contraire, partisane d’initier une réflexion élargie dans le cadre d’ateliers en associant l’ensemble des organisations infirmières pour parvenir à un consensus sur des points partagés.
Pour changer la donne, la Fédération entend rameuter l’ensemble de ses mandants en les incitant, a minima, à voter massivement et, mieux, à postuler pour devenir conseiller ordinal. Sans faire fi du passé et des raisons qui l’avaient alors poussée à prendre ses distances avec l’Ordre, elle aspire à présent à ce que ses membres y siègent de manière pleine et entière afin de faire valoir sa vision du rôle de l’Ordre. « Si on laisse faire et que l’on ne s’implique pas au sein de l’instance, l’Ordre aura de plus en plus de pouvoir dans des domaines qui ne doivent être les siens. Il est donc indispensable d’avoir une représentation forte au sein des collèges libéraux, d’abord au niveau local puis, ensuite, niveau national », insiste le Président de la FNI.

RAPPEL
Qui vote pour qui et comment ?

Le scrutin est électronique. Il n’y a donc plus d’envoi de bulletins par la Poste. Par ailleurs, les conseillers ordinaux sont élus pour six ans. Cette élection concerne les trois collèges de l’ONI dans 56 territoires (départements et inter-départements) :

  • Le collège secteur public composé de titulaires ou de contractuels de la fonction publique hospitalière, y compris de l’Éducation nationale ou territoriale.
  • Le collège secteur privé composé de contractuels des établissements privés y compris de santé au travail ou des entreprises.
  • Le collège secteur libéral composé d’infirmiers titulaires dans les cabinets, de remplaçants, de collaborateurs libéraux ou en exercice mixte (salarié + libéral). Pour ce qui est de ce collège, 160 titulaires et autant de suppléants sont à élire dans les 56 territoires concernés.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Formations e-learning gratuite NGAP Covid-19

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 30 septembre 2020 (21:17)

Formation Insuffisance cardiaque et BPCO

L’AFCOPIL et la Société Française de cardiologie vous proposent une formation DPC validante.

Plus d’infos

Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL