En finir avec « la division malsaine » entre les professions dites paramédicales et les médecins

« De l’infirmière au professeur de médecine, celles et ceux qui s’engagent dans l’univers du soin devront dorénavant être tous considérés comme exerçant une profession médicale » affirme le Pr Guy Vallancien, membre de l’Académie de médecine, dans une tribune publiée le 27 mai dans le journal Les Échos.

Et pour enfoncer le clou, il précise : « Nous devons sortir de nos habitudes ancestrales et de nos filières cloisonnées pour lancer le schéma d’un cursus partagé, reposant sur le constat suivant : tout acte réalisé chez les patients doit être considéré comme médical, impliquant d’en finir avec la division malsaine entre les infirmiers classés dans les professions dites paramédicales et les médecins. Cette étanchéité entre les métiers est un frein majeur à l’harmonisation des procédures mises en place dans les parcours de soins, particulièrement pour les maladies chroniques et du vieillissement qui explosent ».

La FNI ne peut que saluer chaleureusement ces propos remplis de bon sens qui font écho au livre blanc « Horizon 2030 », rédigé en 2015 par le syndicat qui ne réclamait pas autre chose ! Mais surtout, on peut se féliciter que le combat des paramédicaux, unis par la FNI sous la bannière de la Fédération française des praticiens de santé (FFPS), ait trouvé un porte-parole aussi prestigieux et, qui plus est, réputé pour parler à l’oreille des ministres. Pour rappel, la FFPS réclame l’abandon officiel des termes « paramédicaux » et « auxiliaires de santé » dans les Codes de Santé et de la Sécurité sociale.

Voir la tribune du Pr Vallancien :

https://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/0301719852824-il-faut-revoir-de-fond-en-comble-les-formations-en-medecine-2178951.php