Engageons-nous pour des soins plus sûrs

Elle a débuté hier et se déroule jusqu’à vendredi. La 5ème édition de la semaine de la sécurité des patients (SSP) se tient du 23 au 27 novembre. Organisée par la Direction générale de l’offre de soins (DGOS) sur le modèle de la «patient safety week» canadienne, la SSP vise par des animations, des rencontres, à favoriser la communication sur la sécurité des soins et le dialogue entre patients et professionnels de santé.

Cette année, l’édition 2015 est co-organisée avec le Collectif interassociatif sur la santé (CISS) et porte spécifiquement sur la sécurité des patients aux points de transition de leurs parcours de soins, à travers 3 exemples : la conciliation médicamenteuse, la lettre de liaison et l’identito-vigilance (voir ci-dessous).

Dans la lettre d’instruction envoyée aux ARS, la DGOS leur rappelle qu’elle compte sur leur engagement pour favoriser une dynamique de communication locale et régionale, non seulement avec les URPS et professionnels de santé mais également avec le CISS.

Parmi les événements les plus représentatifs : chambre des erreurs, quiz, journées portes ouvertes, ateliers de sensibilisation, colloques…, en 2014, plus de 250 animations avaient été organisées dans les régions. Quelques exemples cette année, en Ile-de-France, l’Omedit propose le 27 une journée régionale sur le thème : comment améliorer la continuité des traitements médicamenteux. Toujours le 27, l’ARS Languedoc-Roussillon organise à l’IFSI du CHU de Montpellier une journée d’échanges autour de la qualité et de la sécurité des soins. En Rhône-Alpes, le centre hospitalier de Saint Marcellin (38) tiendra une conférence le 24/11 au soir ouverte à tous sur le thème « Ville-Hôpital–Ensemble, engageons-nous pour des soins plus sûrs ». Retrouver tous les événements sur le site www.sante.gouv.fr

  • La lettre de liaison : garantir la continuité des soins immédiate entre les différents secteurs (ville, établissements de santé, et médico-social) en assurant la transmission d’informations entre les professionnels de santé impliqués dans la prise en charge du patient et en informant le patient lui-même.
  • La conciliation médicamenteuse : garantir la continuité de la prise en charge médicamenteuse entre la ville et l’hôpital en prenant en compte les traitements en cours et habituellement pris par le patient lors de l’élaboration d’une nouvelle prescription.
  • L’identitovigilance : garantir l’identification du patient à chaque étape de son parcours pour prévenir un défaut d’identification et fiabiliser les documents le concernant.