La FNI a participé à la « vague blanche » du 7 mars à Paris et porté la voix des infirmières libérales à l’Assemblée Nationale

En marge de la manifestation, une délé­ga­tion com­po­sée des repré­sen­tants du col­lec­tif des 16 orga­ni­sa­tions infir­miè­res, a été reçue à l’Assemblée Nationale par la Présidente de la Commission des Affaires Sociales, Catherine Lemorton, le Président du Groupe Socialiste, Olivier Faure, et par le Président du Groupe UDI, Philippe Vigier.

Le caractère convenu de ce type de rencontre nous donne toutefois l’opportunité de faire passer des messages. Mission accomplie par Daniel Guillerm, Vice Président délégué, qui s’est chargé de faire entendre dans le « concert blanc » la voix des infirmières et infirmiers libéraux et de porter les mesures spécifiques demandées par le secteur libéral.

Parmi les 10 propositions défendues par le collectif, 2 concernent particulièrement les IDEL. La première consiste à faire des soins de ville du secteur libéral, la filière naturelle du retour à domicile, après une hospitalisation. En effet, l’Hospitalisation à Domicile (HAD), dont les coûts globaux sont 40 % supérieurs à ceux de la prise en charge libérale, doit être réservée pour des cas limités et selon un référentiel qui demeure nécessaire. Privilégier une approche qualitative plutôt qu’une approche quantitative telle que définie dans la circulaire de 2013.

La seconde est d’impliquer les infirmières libérales dans l’organisation de la permanence des soins ambulatoires (PDS). Ainsi, les infirmières libérales seraient associées à la Permanence des Soins en appui des médecins généralistes, selon le même mode de rémunération. Nous demandons la création d’une consultation infirmière d’urgence en ville avec instauration d’une cotation pour la réponse aux appels d’urgence et l’intervention infirmière en cas d’absence médicale le soir ou les week-ends.

Cette rencontre a aussi été l’occasion pour la FNI de dénoncer, notamment auprès de la Présidente de la commission des affaires sociales, l’enfermement de l’actuelle ministre de la santé dans une politique du « tout médecin et du tout structure ».
La FNI est vigoureusement montée au créneau quand Olivier Faure, Président du Groupe Socialiste à l’Assemblée s’est interrogé de vive voix sur l’opportunité de créer des structures intermédiaires entre l’Hôpital et la Ville.

La FNI a de nouveaux transmis aux députés présents le programme présidentiel des infirmières libérales 2017-2022 que vous pouvez vous aussi télécharger et porter à la permanence de votre député préféré !

Téléchargez le document : Le programme présidentiel des infirmières libérales