La FNI signe l’appel des 100 000, et vous ?

Saviez-vous que vous avez désormais le droit de prescrire des substituts nicotiniques ?
Grande cause de santé publique, la lutte contre le tabac est encore insuffisante. Faites partie des 100 000 professionnels à signer l’appel pour une politique plus efficace.

La FNI a tenu à figurer parmi les premiers signataires de « l’Appel des 100 000 », une mobilisation sans précédent lancée auprès de tous les professionnels de santé contre le tabac dans le cadre de l’opération « Moi(s) sans tabac ». En matière de tabagisme, la France est la lanterne rouge des pays européens et en paie un lourd tribu : 78 000 morts/an. Sur le plan financier, les soins des dégâts sanitaires directement liés au tabagisme s’élèvent à 27,5 milliards de dépenses annuelles. Ce montant représente à lui seul trois fois le déficit de la sécurité sociale !

Les infirmières libérales qui ont récemment acquis le droit de prescrire les substituts nicotiniques* sont donc particulièrement impliquées dans cette démarche de santé publique. Au contact direct des familles, elles ont un lien privilégié avec elles pour évoquer avec elles ce sujet de la consommation tabagique. La FNI les invite à se mobiliser pour signer massivement la charte (http://appeldes100000.fr/) et ainsi interpeler les responsables politiques, élus et futurs élus afin de peser positivement sur cet enjeu de santé publique.

« L’Appel des 100 000 » est une initiative qui émane de l’Alliance contre le tabac, composée de 40 grandes associations françaises ou internationales oeuvrant dans le champ de la santé. Elle est parrainée par la députée Michèle Delaunay qui estime que rien ne fera sans l’engagement des professionnels de santé.

Orienté vers vous, cet appel et l’ensemble de ses signatures seront transmis à tous les candidats à l’élection présidentielle de manière à ce qu’ils répondent aux questions clefs posées dans le dernier volet de l’appel. Tous les Ordres professionnels de la santé sont partie prenantes et engagés dans cette démarche.

Pour rappel, la prise en charge des substituts nicotiniques est en partie remboursée par l’Assurance maladie. Sur prescription, les populations à risque que sont les jeunes (20-30 ans), les femmes enceintes et les patients atteints d’un cancer sont remboursés à hauteur de 150€ par an, les autres à hauteur de 50€ par an.

* Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé, publiée au Journal officiel du 27 janvier 2016.