Grand âge : modifier l’habitat des aînés pour faciliter les soins à domicile

Alors que la réforme sur le Grand âge et l’autonomie pourrait revenir sur les bancs de l’Assemblée d’ici la fin du quinquennat, plusieurs rapports appellent à faire bouger les lignes pour faire face au vieillissement de la population.

Le ministre de la Santé l’a évoqué dans une interview la semaine passée, la loi Grand âge et autonomie pourrait être présentée en conseil des ministres dès cet été, pour un examen à la rentrée.

Dans le même temps, plusieurs rapports sur le sujet viennent d’être publiés. L’institut Montaigne, tout d’abord, dans son rapport « Bien-vieillir » publié mercredi 26 mai 2021, insiste sur le rôle économique et social des aînés et appelle à réfléchir à un nouveau modèle de soins pour les personnes âgées. L’institut tire la sonnette d’alarme sur l’ « urgence » de repenser les parcours de soins et la prise en charge des maladies chroniques, notamment en mettant le paquet sur l’hospitalisation à domicile (HAD). La FNI a entamé une série de concertation avec la FNEHAD afin d’articuler les rôles respectifs de ces offreurs de soins avec l’offre libérale infirmière.

Dans la même veine, Luc Broussy, président de France Silver Eco, a rendu un rapport contenant 80 propositions au gouvernement fin mai pour améliorer l’habitat, l’urbanisme et les transports face au défi du vieillissement de la population. Le but, là encore, étant de privilégier au maximum l’indépendance des aînés et de rendre possible le « vieillir chez soi » dans des logements situés en centre-ville, dans des résidences de service ou au sein d’un parc social, bref en dehors des établissements.

Enfin, le think tank Matières grises, fondé par le même Luc Broussy et Jérôme Guedj, met également en lumière la nécessité de repenser l’habitat des personnes âgées et de « changer de modèle » dans un rapport intitulé « L’Ehpad du futur commence aujourd’hui », présenté le 3 juin. Il plaide pour une évolution des établissements pour répondre à « l’exigence domiciliaire qui doit permettre de se sentir à domicile en établissement ». Les infirmiers libéraux ont prouvé durant la crise qu’ils pouvaient collaborer efficacement avec  les EHPAD. À l’aune de la pandémie, la FNI sera vigilante à ces transformations, elle veillera dans le cadre de l’approche domiciliaire à ce que ces transformations privilégient la collaboration plus que la concurrence.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 03 juin 2021 (14:30)

Les services de la FNI

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL