INFIRMIER.E : NE LAISSEZ PAS LE STRESS S’INSTALLER

Le stress est très souvent perçu comme négatif et dangereux… Pourtant, c’est bien grâce à lui que nous devons la survie de notre espèce, depuis la préhistoire !

Le stress est une réaction automatique de l’organisme qui vous alerte lorsqu’une situation est perçue comme potentiellement menaçante. Cette réaction se manifeste par une série de modifications physiologiques qui vous préparent à affronter le danger par la résistance ou par la fuite : Sécrétion d’adrénaline, augmentation du tonus musculaire, accélération du rythme cardiaque et du rythme respiratoire…Une fois la menace écartée, la libération d’hormones de stress diminue, l’organisme reconstitue ses réserves et passe en mode repos.

QUELS RISQUES POUR VOTRE SANTÉ ?

C’est lorsque les réactions de stress sont trop intenses, trop fréquentes, prolongées et/ou mal gérées que des effets négatifs peuvent apparaitre sur votre santé.

COMMENT RECONNAÎTRE LES SIGNES D’ALERTE ?
• Au niveau somatique : fatigue excessive, maux de tête et de dos, troubles du sommeil, palpitations…
• Au niveau émotionnel : troubles de l’humeur, mésestime de soi, crises de larmes…
• Au niveau relationnel : perturbation de la relation à l’autre, agressivité, intolérance…
• Au niveau comportemental : addictions, comportements à risques…

Le stress chronique a sur l’organisme des effets reconnus aujourd’hui par la communauté scientifique. Il peut être à l’origine du développement ou de l’aggravation de maladies telles que l’hypertension, l’infarctus, l’asthme, les ulcères, les colites, l’eczéma, les problèmes thyroïdiens…

POUR NE PAS LAISSER LE STRESS S’INSTALLER

ADONNEZ-VOUS AU LÂCHER-PRISE
Sans attendre d’être dépassé, il est important de vous reconnecter à vous-même, à vos sensations corporelles.

Apprenez à contrôler votre corps
Il existe différentes méthodes pour développer la résistance aux agents de stress. Les émotions ont un effet direct sur votre fonctionnement physiologique : sécrétion d’adrénaline, accélération du pouls et de la respiration, augmentation du tonus musculaire, etc. Agissez sur votre respiration et la relaxation de vos muscles pour calmer l’esprit. Testez le yoga, la sophrologie, le Pilates…

Apprenez à contrôler vos pensées
Les émotions sont aussi associées à des contenus de pensées. Modifier les pensées négatives en réinterprétant la situation dans un sens moins menaçant, en la dédramatisant et en utilisant des visualisations optimistes et des pensées positives, permet de prendre du recul et de lâcher prise.

EN PRATIQUE !

Pour vous recharger en énergie et libérer le mental
Installez-vous dans une position confortable, observez votre respiration, sans chercher à la modifier, fermez les yeux si possible, prenez conscience des sensations corporelles qui se manifestent : votre tête et son poids sur votre cou… le contact de votre dos avec la chaise… vos pieds en contact avec le sol, laissez venir à votre conscience une image ou un évènement positif, agréable.

Pour dénouer les tensions et décharger un trop-plein de stress
En position debout, les bras le long du corps, prenez une profonde inspiration, retenez l’air dans les poumons et contractez doucement tout le corps, restez quelques instants en apnée et en contraction, soufflez avec la bouche et relâchez le corps.
Cet exercice peut également se pratiquer en position assise, plus discrète.Les effets obtenus sont tout aussi efficaces.

Pour libérer le mental des pensées négatives
Adoptez pendant quelques minutes une respiration « en carré » : respirez sur 4 temps d’égale durée (en comptant jusqu’à 4 par exemple) soit un temps d’inspiration, puis un temps de rétention d’air poumons pleins, puis un temps d’expiration, puis un temps de rétention d’air poumons vides. Recommencez.

ÉCHANGEZ SUR VOTRE EXPÉRIENCE ET VOS RESSENTIS
Parlez de ce que vous ressentez autour de vous (amis, famille, homologues…). Il n’y a pas de honte à partager ses émotions et encore moins à demander de l’aide. Bien au contraire !

APPRENEZ À CONCILIER LA VIE PROFESSIONNELLE ET PERSONNELLE

Faire face aux embouteillages, gérer ses tournées, aller chercher les enfants, rendre visite à son parent âgé… Autant d’activités que vous connaissez bien et que vous menez de front… Elles ne sont pas sans impact sur le stress.
La conciliation des temps de vie, c’est la capacité à pouvoir gérer de façon satisfaisante vos sphères privée et professionnelle. Pas si simple ! Pourtant des méthodes existent pour y parvenir :

Essayez de ne pas mélanger les espaces !
• Au travail évitez les tâches personnelles (appel pour le rendez-vous médical de votre parent âgé, commande des courses…) ou balisez un temps dans votre agenda. Par exemple juste avant de commencer la journée, de déjeuner…cela vous permettra de rester concentré.
• De la même façon, le travail ne rentre pas à la maison. Répondre à ses mails ou décrocher le téléphone en même temps que regarder la télévision en famille ou pendant le repas est une mauvaise option. Vous risquez à la fois de créer un conflit avec vos proches mais aussi de faire des erreurs au travail. Un temps et un espace pour chaque sphère !

Dans la semaine, prenez du temps rien que pour vous
Même si ce n’est qu’une heure de temps en temps. Coupez-vous du monde l’espace de cet instant. Écouter de la musique, lire, dessiner, prendre un bain… vous permettront de soulager vos tensions aussi bien physiques que psychologiques. Planifiez ces moments dans votre agenda !

Gardez une vie sociale
Ce sera du temps réel pour votre famille, vos amis… et pour vous ! Partagez ces moments, laissez libre cours à vos émotions, riez ! Ces instants ne peuvent être imaginés autrement que le téléphone éteint !

Jours de congés et week-end, restez… déconnecté !
Les week-ends, jours de repos, vacances, ne doivent pas ressembler aux jours de travail. Pour cela il vous faut gérer votre planning.
Balisez vos jours de repos dans votre agenda au moins deux à trois semaines en avance. Et vos congés d’été dès que c’est possible. Une fois fait, n’y revenez plus.
Partagez votre planning avec vos proches pour réaliser des projets ensemble. Réservez un week-end, un spectacle, prévoyez une sortie… Vous serez alors beaucoup moins tenté.e de transformer, au dernier moment, un jour de repos en jour de travail !
Pour plus de sérénité, anticipez vos journées d’absence :
o Informez à l’avance vos collègues et patients, ainsi ils ne seront pas pris au dépourvu.
o Déléguez certaines tâches quand cela est possible, priorisez les urgences et laissez le reste pour votre retour. Informez, si nécessaire, d’un éventuel retard.
o Organisez votre reprise : rendez-vous, plage de travail, patient prioritaire… Celle-ci sera plus douce.
o Pensez à vos messages d’absence sur votre téléphone en précisant vos dates de retour, pour éviter les rappels inutiles.
Ordinateur, téléphone portable sont les ennemis numéro un de la déconnexion. Pour vous aider à couper avec le travail, il faut avant tout savoir gérer ces outils et s’organiser un planning :
o Si vous avez une seule journée ou deux de repos, coupez-les et ne les consultez pas.
o Si au-delà de deux jours votre absence vous angoisse au point de ne plus pouvoir profiter de vos congés, établissez une règle qui pourra vous satisfaire, ainsi que votre entourage. Par exemple, consultez vos messages un jour sur trois… ou une journée par semaine… et respectez-la !

PRENEZ SOIN DE VOTRE SOMMEIL
Réveils nocturnes, insomnies, mauvaise qualité de sommeil, difficultés d’endormissement… font souvent partie de votre quotidien. Vous êtes alors sujet à la fatigue et à la somnolence, pas facile d’enchaîner avec une journée bien remplie. Pour récupérer de la journée et régénérer votre corps et votre esprit, quelques conseils peuvent vous aider :

Au quotidien
Pratiquez une activité physique, en évitant les deux heures avant de vous mettre au lit.
Essayez de vous coucher et vous lever à heures régulières.

Avant de vous coucher
• Limitez les excitants (café, cola…).
• Mangez léger, de préférence sans consommer d’alcool.
• Détendez-vous en reléguant vos soucis de la journée.
• Évitez la télé et les écrans avant de vous endormir.
• Diminuez l’éclairage.
• Privilégiez un environnement silencieux.
• Dormez dans une pièce peu chauffée.
• Profitez des premiers signes du sommeil pour vous coucher (bâillements, picotements dans les yeux…).
• Le sommeil du soir est particulièrement réparateur : profitez-en !

L’héritage génétique joue un rôle sur les besoins en sommeil des uns et des autres, cependant, en dessous de 6 heures par nuit votre corps n’a pas le temps de se régénérer.

AÉSIO s’engage dans la prévention et la promotion de la santé pour permettre à chacun d’être acteur de sa santé. À ce titre, AÉSIO accompagne les infirmier.e.s qui lui font confiance, pour renforcer leur bien-être et les accompagner dans le cadre de leur contrat et au-delà !

Partager

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Publicité

Les services de la FNI

Publicité

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale.

Je contacte la hotline

CORONAVIRUS COVID-19

Publicité

Guide des formations Afcopil 2022