Un infirmier libéral à la tête de la commission scientifique du DPC des professions paramédicales

Avec la dernière réforme du DPC (Développement professionnel continu), les infirmières se trouvent enfin dotées d’une Commission scientifique indépendante comme les autres professions médicales, sages-femmes…. Daniel Guillerm, vice-président de la FNI, vient d’être élu sa présidence, une vraie victoire pour la profession !

Cet été est paru le décret qui formalise la grande réforme du DPC et de son organisation. L’organisme de gestion du DPC est remplacé par l’Agence nationale du développement professionnel continu (ANDPC) et de nombreuses modifications en découlent. Parmi les nouveautés principales, l’obligation de suivre un programme de DPC devient trisannuelle, chaque IDEL devra être doté d’un document de traçabilité électronique des actions de DPS suivies, et une commission scientifique indépendante (CSI) est créé pour les professions paramédicales. Une vraie victoire pour la profession pour laquelle la FNI s’est battue avec force pendant des années.

Elle permet de sortir les infirmières libérales de la houlette du ministère. Jusqu’à présent, les questions et réflexions relatives à la formation de la profession et du DPC étaient encadrées au sein du Haut conseil des professions paramédicales, c’est-à-dire placée sous la responsabilité du ministère de la santé. Cette instance présentait la particularité, contrairement aux autres commissions scientifiques des médecins, odontologues, pharmaciens et sages-femmes (CSI) de ne pas être indépendante de l’État.
La profession infirmière a montré qu’elle possède toute la maturité et l’intelligence pour s’affranchir de la tutelle de l’État et conduire l’aspect scientifique et pédagogique des actions DPC.
Une commission scientifique pour quelles missions ?

La CSI est une instance clé du DPC des infirmières libérales. Elle oriente les thèmes de formation. Elle évalue et valide les programmes des organismes proposant des actions de DPC en fonction de critères scientifiques et qui tiennent également compte des aspects pédagogiques et méthodologiques, des qualités et références des intervenants, ainsi que de l’indépendance financière.
Le nec plus ultra : une présidence infirmière !

Daniel Guillerm, vice-président de la FNI, a élu le 7 novembre dernier au premier tour et à la majorité absolue à la tête de la Commission scientifique indépendante en charge du Développement professionnel continue (DPC) des professions paramédicales, sur mandat du Collège infirmier français. Cet infirmier libéral sera le pilote de la CSI pendant les trois prochaines années. Cette élection de Daniel Guillerm est une vraie reconnaissance du travail qu’il a déjà réalisé pendant 5 ans lorsqu’il occupait les plus hautes fonctions au sein de l’ancienne commission placée sous la tutelle du haut conseil des professions paramédicales.