Invitez-vous dans la campagne présidentielle !

Les prochaines semaines et les prochains mois seront décisifs pour le quinquennat à venir. Nous sentons bien que nous sommes à un temps charnière pour les soins à domicile libéraux. Si vous trouvez qu’on ne parle pas assez de la santé et de vous dans cette campagne, invitez-vous en portant à votre élu local le programme présidentiel des IDEL de la FNI. C’est en martelant le message que nous aurons une chance d’être entendus.

Vous trouvez qu’on ne parle pas assez des sujets de santé dans la campagne des élections présidentielles 2017 ? Vous estimez que les infirmières libérales sont carrément mises à l’écart, oubliées ? La manière dont les candidats évoquent les sujets de santé vous exaspèrent.

Vous avez raison d’être indigné ! Mais impliquez-vous.

Vous pouvez faire votre part avec une geste simple : vous téléchargez le programme présidentiel FNI, vous l’imprimez et le portez à votre maire, à votre élu local, à la permanence parlementaire de votre député, de votre sénateur ou encore au siège local des différents partis.

La FNI a rassemblé de nombreuses propositions qui sont de nature à interpeller les politiques en leur montrant comment les infirmières libérales peuvent les aider de façon déterminante à relever les défis que sont le virage ambulatoire, la désertification médicale et la maîtrise des dépenses de santé. Elle les présente et le défend en ce moment même aux représentants des différents partis lors de son 63ème Congrès. Mais seule une mobilisation forte de toute la profession permettra de faire prendre conscience à tous les élus, tous les décideurs qu’il faudra encore demain compter sur la profession des infirmières libérales.

Joignez les actes à la parole par ce geste simple. Grâce à ce programme conçu pour permettre aux IDEL d’investir le terrain de la campagne présidentielle en apportant des solutions concrètes aux préoccupation des politiques, vous pouvez chacun, chacune dans votre département, faire un pas pour nous permettre de revenir au cœur des débats et d’imposer une vraie reconnaissance des soins de proximité.