La FNI reçue par Cécile Courrèges Directrice Générale de l’Offre de Soins

Première prise de contact du président de la FNI avec Cécile Courrèges Directrice Générale de l’Offre de Soins au Ministère de la santé et des solidarités. L’occasion, dans un contexte tendu de négociations, de clarifier le positionnement de la FNI dans les réformes engagées.

Le mardi 19 février, Daniel Guillerm, président de la FNI, accompagné de Pascale Lejeune secrétaire Générale ont été reçus par Cécile Courrèges en présence du Dr Michel Varroud Vial, conseiller médical à la DGOS et de la collaboratrice de Mathias Albertone, sous-directeur des ressources humaines du système de santé à la DGOS.

Le premier point qui a été abordé est le rôle des IDEL dans le maintien à domicile des personnes âgées dépendantes. L’entretien qui s’est déroulé à quelques jours de la séance de travail BSI dans le cadre des négociations conventionnelles a permis à la FNI de souligner les paradoxes qui existent entre la volonté affichée par le gouvernement de maintenir à domicile les patients âgés et fragiles et les moyens alloués.

La FNI n’a pas fait l’impasse sur l’indispensable précision à apporter à la définition dans la future loi de ce que seront demain les équipes de soins primaires. Pour la FNI, l’Equipe de Soins Primaires (ESP) socle doit être composée du tryptique médecin/infirmier/pharmacien. Ce socle de la coordination clinique de proximité doit s’ouvrir selon les profils de prises en charge aux autres acteurs de première ligne. C’est pour la FNI un élément indispensable à la réussite des réformes territoriales qui se profilent.

Le rôle fondamental des IDEL dans l’animation et la gestion des futures Communautés professionnelles Territoriales de Santé est masqué par la vision sur médico centrée du système de soins, notamment dans les missions socles liées au financement de ces structures. Cécile Courrèges partage notre analyse sur ce point. Dont acte !

Pour conclure l’entretien, la FNI a insisté sur les attentes de la profession en termes de prérogatives dans le suivi des pathologies chroniques et du vieillissement de la population. Dans un contexte de désertification médicale, les « cadeaux » accordés aux seuls médecins ne permettent pas de répondre aux défis qui se posent. Les infirmières, et notamment les infirmières libérales sont une partie incontournable des solutions à apporter !