La FNI, syndicat pour tous… IDEL et IPAL

Cela va sans dire, mais cela va encore mieux en le disant, la Fédération nationale des infirmiers représente et défend toutes les infirmières et tous les infirmiers libéraux, y compris lorsqu’ils ou elles accèdent aux pratiques avancées.

Il est donc naturel que les futurs infirmiers en pratique avancée libéraux, les IPAL, soient représentés au sein de la FNI. Dans un premier temps, la FNI participera donc aux négociations qui débuteront le 15 juin prochain avec l’Assurance maladie concernant les futurs actes des IPAL et leur valorisation.

La FNI va réformer ses statuts pour intégrer un collège IPAL au sein de ses instances. La FNI entend travailler à faire des pratiques avancées un levier vers l’émancipation de la profession infirmière, à l’instar de ce qui existe dans d’autres pays, et notamment au Québec. La FNI est convaincue que la clé de voûte de l’organisation et de la coordination dans la nouvelle architecture des soins de proximité ne pourra se faire sans les IDEL, et demain sans les IPAL.

L’autre objectif poursuivi par la FNI consiste à mobiliser tous les moyens, à commencer par ceux de la formation continue, pour que toutes et tous les IDEL qui souhaitent accéder aux pratiques avancées aient la possibilité de devenir demain des IPAL. Les pratiques avancées ne doivent pas être l’apanage du monde hospitalier ou salarié.

Pratiques avancées : de nouvelles négociations avant l’été

À peine les négociations interprofessionnelles sur le financement des communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS) sont-elles achevées que d’autres s’annoncent déjà, concernant cette fois-ci les Infirmiers en Pratique Avancée, les IPA. Celles-ci se dérouleront en deux volets.

D’un côté, l’Assurance maladie envisage de prévoir le financement des IPA dans le cadre des maisons de santé pluridisciplinaires (MSP). De l’autre, une nouvelle négociation est prévue, à compter du 5 juin, entre les syndicats d’infirmiers libéraux représentatifs et l’Assurance maladie pour les IPA qui exerceront en libéral, les IPAL. Cette négociation devrait déboucher sur un nouvel avenant à la convention infirmière, le septième. « Il aura pour objet de définir les modalités de valorisation des infirmiers de pratique avancée pouvant exercer dans le cadre libéral » a précisé l’Assurance maladie à la presse sur ce sujet.

Psychiatrie : les compétences des IPA définies

Les référentiels d’activités et de compétences de l’infirmier de pratique avancée (IPA) en santé mentale et psychiatrie sont finalisés. Les projets de textes correspondants (un décret, un arrêté et leurs annexes) ont été soumis pour avis au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP) le 14 mai dernier. Le contenu de la formation de la mention psychiatrie et santé mentale est par ailleurs précisé dans un référentiel.

Concrètement, les missions des futurs IPA psychiatrie et santé mentale concerneront notamment l’organisation du parcours de soins et de santé du patient, le recueil des données sur la qualité de vie perçue, l’évaluation des ressources existantes, le niveau d’interactions sociales ou encore le retentissement des troubles sur l’autonomie du patient. Comme les autres mentions, l’IPA de psychiatrie et santé mentale disposera d’une autonomie limitée en matière de prescription, et aura compétence pour le renouvellement et l’adaptation des régulateurs de l’humeur, des neuroleptiques conventionnels, antiépileptiques, des antidépresseurs, anxiolytiques et certains traitements de substitution, à partir de l’analyse de l’état du patient.