La prise en charge nutritionnelle : soin de support en oncologie

Parmi les patients atteints de cancer, 84% ont connu une perte de poids depuis le début de la maladie (1) et 40% sont dénutris (2). Alors que la nutrition a été reconnue comme soin de support, 40% des patients dénutris ne reçoivent aucun support nutritionnel (1).

L’IDEL : un rôle essentiel dans la continuité des soins de support au domicile

Les Soins Oncologiques de Support (SOS) regroupent tous les soins et soutiens qui ont pour but d’assurer au patient et à son entourage la meilleure qualité de vie possible. Le « socle de base » est constitué de 4 catégories de soins, qui ont été reconnues comme indispensables pour une prise en charge de qualité en cancérologie3 :

L’IDEL joue un rôle prégnant dans la continuité des soins au domicile et dans le fonctionnement de l’interface ville-hopital 4,5. Cette prise en charge est d’autant plus importante que certains soins ne sont pas remboursés par l’Assurance Maladie, notamment la consultation avec le diététicien 3. L’IDEL participe alors activement au suivi de l’état nutritionnel de son patient et se trouve en première ligne pour le conseiller en cas d’effets secondaires qui pourraient affecter les prises alimentaires.

Surveiller, alerter et conseiller pour lutter contre la dénutrition

Au cours d’un cancer, les facteurs déclenchant une dénutrition sont variés, mais ils aboutissent toujours à un déséquilibre négatif de la balance énergétique : Ils peuvent être dus à la tumeur elle-même, mais également aux effets secondaires des traitements associés à des facteurs psychologiques : tout cela aboutit à une réduction des apports alimentaires et à une augmentation des besoins énergétiques. 6

Par ailleurs, les conséquences sont importantes, puisqu’une perte de poids de plus de 5 % en oncologie médicale augmente le risque de survenue de toxicités de la chimiothérapie et de la radiothérapie, diminue la survie et altère la qualité de vie 7.

Au vu de ces conséquences, la dénutrition doit être prise en charge le plus tôt possible. Une perte de poids ou une baisse des ingesta repérée par l’IDEL doit l’inciter à alerter le médecin. Le cas échéant, celui-ci pourra prescrire des Compléments Nutritionnels Oraux 8 (CNO), voire une alimentation artificielle. En première intention, l’IDEL peut alors orienter son patient vers des aliments riches en calories et protéines et lui conseiller d’enrichir son alimentation grâce à différents produits de base comme le fromage, la crème ou les œufs.

 

 

Altérations du goût liées aux traitements anti-cancer : que conseiller ?

Le cancer et ses traitements entrainent une modification du goût et des préférences alimentaires, 3 patients sur 4 sont concernés 9. Perte du goût ? goût métallique en bouche ? troubles des sensations ? ces signes doivent vous alerter. En présence d’un malade avec dysgueusie, l’IDEL peut lui recommander de consommer des produits froids.

Pour répondre aux besoins nutritionnels des patients dénutris et présentant des troubles du goût, Nestlé Health Science a travaillé en partenariat avec des oncologues afin de proposer aux patients atteints de cancer un CNO adapté, avec un effet rafraichissant et sans goût métallique associé 10.

Pour plus d’informations sur la prise en charge de la dénutrition, connectez-vous à l’espace infirmier de Nestlé Health Science.

*En moyenne, 76% des personnes interrogées apprécient l’effet rafraîchissant des produits Clinutren® Façon Thé saveur Citron, Fraise et Pêche-Menthe
1. Hebuterne X et al, 2014, Prevalence of malnutrition and current use of nutrition support in patients with cancer. JPEN. 38 : 196-204
2. Hebuterne X et al, 2015, Nutrition and cancer: Pourquoi intervenir avant 5% de perte de poids? Nutrition Clinique et métabolique, 29(2):126-31
3. Rapport INCA, Axes opportuns d’évolution du panier de soins oncologiques de support, Juillet 2016.
4. Chvetzoff, G. et al, 2006, Soins spécifiques et soins de support en cancérologie à domicile: expérience du centre Léon-Bérard sur 751 patients en 2003. Oncologie, 8(1), hs21-hs28.
5. Colombat, P. et al, 2005, L’équipe d’oncologie et les soins de support en établissements: quelles interfaces et comment?. Oncologie, 7(3), 164-169.
6. Van Cutsem E et al, 2005, The causes and consequences of cancer-associated malnutrition. Eur J Oncol Nurs; 9:S51-S63.
7. Bachmann P et al, 2016, Prise en charge nutritionnelle dans les parcours de soins des cancers, Nutrition clinique et métabolisme, 30:399–408.
8. Senesse P et al, 2012, Nutrition chez le patient adulte atteint de cancer. Nutrition clinique et métabolisme; 26:149–302.
9. Habitudes alimentaires des patients atteint d’un cancer, Étude Nestlé Opinion Way, Janvier 2020.
10. Étude organoleptique interne, octobre 2019. Etude réalisée auprès de 101 patients atteints de cancer (patients ayant eu un traitement contre le cancer au cours des 6 dernier mois). Test réalisé à partir d’un questionnaire comportant 8 items et 5 réponses possibles (de « tout à fait d’accord » à « pas du tout d’accord »). Présentation des 3 produits évalués toujours dans la même position pour tous les patients. Sélection des patients par un institut d’études dans 5 villes des Etats-Unis.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Formations e-learning gratuite NGAP Covid-19

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 30 septembre 2020 (21:17)

Formation Insuffisance cardiaque et BPCO

L’AFCOPIL et la Société Française de cardiologie vous proposent une formation DPC validante.

Plus d’infos

Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL