L’accès direct : bas les masques

L’accès direct : bas les masques

Le ton employé par l’union syndicale des médecins spécialistes libéraux Avenir Spé-Le Bloc pour condamner vertement l’accès direct aux professionnels paramédicaux dit tout : « Le Gouvernement s’attaque à la profession toute entière, en imposant sans concertation et sans aucun débat citoyen un transfert d’une partie des compétences des médecins aux professionnels de santé. Il casse à la fois les coopérations entre les professionnels de santé et la philosophie même du parcours de soins en équipe. Le Gouvernement choisit donc de rompre le système conventionnel entre Assurance maladie et professionnels de santé. » Rien que ça.

« Les médecins devraient se réemparer de la clinique »

“L’attitude qui consiste à s’arc bouter sur des prérogatives uniquement par corporatisme est vouée à l’échec. Les médecins devraient plutôt se réemparer de la clinique, quitte, pour cela, à revoir le modèle économique de remboursement des prestations médicales. En réalité, ils craignent que des consultations à faible valeur ajoutée leur soient retirées et de se retrouver à devoir n’assurer que des consultations à forte valeur ajoutée, longues et complexes qui ne soient pas mieux payées. Ils ne veulent pas déléguer les premières car elles servent de variable d’ajustement de leurs revenus. » suggère Daniel Guillerm, président de la FNI.

La FNI, elle, plaide pour l’accès direct en bon ordre et dans un cadre défini. « Il ne s’agit pas non plus d’ouvrir les vannes. Nous n’avons pas vocation à devenir des médecins”, tempère Daniel Guillerm qui suggère que l’accès direct se concentre sur la prise en charge du grand âge ainsi qu’aux deux champs cruciaux que sont la prévention et l’éducation à la santé. En revanche, il ne doit pas se limiter aux seuls IPA au prétexte que leur niveau de formation est plus élevé que celui des Idel. En effet, au sein de la profession infirmière, la masterisation ne concerne que la pratique avancée et non le métier socle.

« Autoriser un accès direct pour le métier socle »

« Je ne suis pas certain que l’on règle les problèmes en n’autorisant l’accès direct que pour les IPA, ne serait-ce que dans la mesure où cela ne permettra pas d’avoir une couverture homogène de l’ensemble du territoire, explique le Président de la FNI . Si l’on veut résoudre les problèmes d’accès aux soins et éviter l’hospitalisation des patients âgés et fragiles de manière inopportune, il faut autoriser un accès direct, certes encadré, pour le métier socle.”

Ils sont en effet en capacité de prescrire des examens pour s’assurer que les traitements prescrits sont équilibrés ou d’effectuer certains examens cliniques et de les corréler à des traitements prescrits. « Plutôt que de servir de post-it aux médecins et de leur rappeler les choses, il serait opportun d’accepter cette évolution dans le cadre de protocoles conclus préalablement avec les médecins », conclut Daniel Guillerm.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 14 septembre 2021 (16:00)

Les services de la FNI

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Contacter le service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL

Téléchargez le Guide des formations Afcopil 2021

View of an Open Magazine and Cover Mockup