Le Conseil national professionnel IPA mal né

A peine a-t-il vu le jour que le Conseil national professionnel des Infirmiers en pratique avancée (CNP IPA) est déjà contesté par une partie de ceux qui sont censés le composer.

En effet, ses deux membres fondateurs, l’Unipa (Union nationale des infirmiers en pratique avancée) et l’Anfipa (Association nationale française des infirmiers en pratique avancée) s’opposent pour savoir qui présidera l’instance. Un scénario aussi ubuesque que navrant auquel la FNI a eu le nez creux de ne pas participer.

Le Conseil national professionnel des Infirmiers en pratique avancée (CNP IPA) est censé avoir été créé en tout début d’année. C’est ce qu’annonçait un communiqué du 2 janvier dudit CNP IPA. Un texte assorti du règlement intérieur et des statuts de la nouvelle association, votés à l’unanimité le 12 décembre. Par ailleurs, Julie Devictor, Présidente du CNP IPA, précisait que la demande de reconnaissance auprès de la Direction générale de l’Offre de soins (DGOS) était en cours. Problème, dès le 3 janvier, l’Anfipa, l’autre membre du CNP IPA, affirmait, dans un autre communiqué, qu’il n’en était rien. « Lors du processus de création de l’association, des dysfonctionnements internes ont conduit à la démission de la moitié des membres de son conseil d’administration, pouvait-on lire. L’Anfipa a demandé la dissolution immédiate de cette association le 20 décembre 2019. Cette demande est restée sans réponse à ce jour. L’Anfipa se réserve la possibilité d’utiliser la voie judiciaire. »

L’ONI incompétent pour trancher le litige

En cause, selon l’Anfipa, les modalités de l’élection à la présidence du CNP IPA. Les deux syndicats, qui ont une représentation paritaire au sein de l’Assemblée générale du CNP IPA, ont été incapables de se mettre d’accord sur une candidature qui fasse consensus. La présidente temporaire, doyenne de l’Assemblée générale, a usé de sa voix départitrice que le règlement intérieur lui octroie en cas d’égalité des suffrages. Une disposition que conteste l’Anfipa qui a demandé la suspension du CA et a opté, depuis, pour la politique de la chaise vide.

La DGOS, elle, s’est bien gardé de prendre parti tout comme l’ONI qui s’estime incompétent pour trancher le litige. Dans ce contexte, la FNI qui, à terme, pourrait intégrer le CNP IPA, attend que soit sifflée la fin de la récréation. Elle déplore surtout que pareille instance, dont le rôle est appelé à prendre de l’ampleur au sein du système de santé, soit déjà l’objet de querelles de personnes et de luttes de pouvoir.

Partager

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Les services de la FNI

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale.

Je contacte la hotline

Publicité

Guide des formations Afcopil 2022