Le dossier de soins partagé, une pratique déjà courante

Vous êtes plus de 55% à utiliser un dossier de soin partagé avec d’autres professionnels de santé. C’est ce qui ressort d’un sondage réalisé tout récemment auprès de 340 infirmières libérales par l’URPS FNI Languedoc-Roussillon. C’est un chiffre particulièrement élevé qui objective l’engagement des Idels en faveur de la coordination et de la sécurisation de leur prise en charge alors même que le dmp censé permettre le partage des informations n’est pas encore effectif.

Tous les infirmiers interrogés déclarent disposer d’un outil pour tracer leurs soins et  80% d’entre vous estiment, à juste titre, que ce dossier de soins à domicile est obligatoire. La tenue du dossier de soins relève bien du cadre réglementaire. L’article R. 4311-3 du Code de la santé publique relatif au rôle propre des infirmiers, précise que celui-ci « …identifie les besoins de la personne, pose un diagnostic infirmier, formule des objectifs de soins, met en œuvre les actions appropriées et les évalue. Il peut élaborer avec les membres de l’équipe soignante, des protocoles de soins infirmiers relevant de son initiative. Il est chargé de la conception, de l’utilisation et de la gestion du dossier de soins infirmiers ».

Traçabilité, coordination, coopération interprofessionnelle, qualité et sécurité des soins sont les premiers bénéfices du dossier de soins que vous avez identifiés. Selon ce sondage, vous aimeriez disposer d’un modèle de dossier téléchargeable, ce à quoi va s’employer l’URPS afin de vous proposer un support ergonomique et agréable. Une fois créé, celui-ci sera adressé par courrier à tous les infirmiers libéraux de la région et ensuite mis en ligne sur le site internet de l’URPS.

Par ailleurs, dès l’année prochaine, l’Afcopil vous proposera des formations spécifiques « dossier de soins et transmissions ciblées ». Alors rendez-vous en 2016 !