Le virage numérique a sa feuille de route

Les usages et outils numériques sont en train de transformer la pratique des professionnels de santé et le quotidien des patients. C’est pourquoi les pouvoirs publics ont voulu faire de l’accélération du virage numérique un des objectifs de la réforme du système de santé. Une feuille de route a été récemment dévoilée pour y parvenir d’ici 2022.

La feuille de route numérique repose sur quatre principaux services socles « pour échanger et partager les données de santé en toute confiance » : le Dossier médical partagé (DMP) ; les messageries sécurisées de santé ; la e-prescription sera développée pour simplifier et sécuriser le circuit de transmission de l’ordonnance ; et les services numériques territoriaux de coordination de parcours inscrits dans le programme e-parcours.

L’espace numérique de santé permettra à l’usager d’accéder à ses données administratives, son DMP, ses constantes de santé, l’ensemble des données relatives au remboursement de ses dépenses de santé, à des outils permettant des échanges sécurisés avec les acteurs du système de santé, à des outils permettant d’accéder à des services de télésanté et, de manière générale, à tout service ou toute application numérique référencée. Il pourra également intégrer des services et outils numériques développés par les acteurs publics ou privés, dès lors que ceux-ci respecteront les référentiels d’éthique, de sécurité et d’interopérabilité.

De leur côté, les professionnels de santé pourront accéder à un « bouquet de services numériques » en ligne via une plateforme. Ces services doivent avant tout être utiles dans l’exercice professionnel : accès à l’information, échange et partage de données et de bonnes pratiques, aide à la décision, etc. Les professionnels auront accès aux informations contenues dans le Dossier médical partagé, le dossier pharmaceutique, les plateformes de coordination, les annuaires, la e-prescription. Ils pourront également utiliser les téléservices de l’Assurance maladie, les sites professionnels tels que ceux de la HAS ou de l’ANSM, ou encore les plateformes de coordination

Enfin, les données de santé seront rassemblées dans la plateforme des données de santé, le Health Data Hub, pour permettre leur analyse à grande échelle.