Levée des mesures sanitaires : bas les masques !

Levée des mesures sanitaires

Le Premier ministre, Jean Castex, avait annoncé, le 3 mars, la suspension du pass vaccinal dans les lieux où il est exigé et la levée du port du masque en intérieur, sauf dans les transports collectifs et les établissements de santé. C’est chose faite depuis le 14 mars. On peut s’interroger sur le tempo d’un assouplissement aussi radical. Les raisons sont-elles sanitaires ou électorales ?

Le pass vaccinal n’est donc plus exigible pour accéder à l’ensemble des lieux (restaurants, bars, discothèques, cinémas, théâtres, salles de spectacle, musées, stades, foires et salons…) où il l’était jusqu’à présent. Toutefois, il doit toujours être présenté à l’entrée des hôpitaux, des maisons de retraite et des établissements pour personnes handicapées afin de protéger les personnes les plus fragiles.

Maintien de l’obligation vaccinale pour les professionnels de santé
Quant au port du masque, déjà facultatif, depuis le 28 février, dans les lieux soumis au pass vaccinal, il n’est désormais plus obligatoire dans les lieux clos (entreprises, écoles, administrations, services publics, magasins…) sauf dans les transports collectifs et les établissements de santé. Pour ce qui est des lieux d’exercice des professions médicales et des auxiliaires médicaux, notamment les cabinets médicaux et infirmiers, les pharmacies d’officine et les laboratoires de biologie médicale, leurs responsables ont la faculté de l’imposer au regard des caractéristiques du public accueilli.
De fait, le masque demeure recommandé pour les personnes positives au Covid durant les sept jours qui suivent leur période d’isolement et les cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et les professionnels de santé. Concernant ces derniers, l’exigence de vaccination contre la Covid-19 est toujours effective et s’applique selon des modalités inchangées.

Des mesures électoralistes prématurées ?
Par ailleurs, le protocole sanitaire en entreprise a cessé de s’appliquer depuis le 14 mars, ce qui signifie la fin du port impératif du masque et de la distanciation sociale mais pas des règles d’hygiène comme le lavage des mains, le nettoyage des surfaces et l’aération des locaux. Enfin, le port du masque en intérieur pour tous les élèves et les personnels des établissements scolaires n’est plus obligatoire.
« L’assouplissement de ces mesures tombe mal car on observe déjà un rebond épidémique même si, malgré l’augmentation des contaminations, le nombre de cas critiques diminue, estime la FNI. Nous n’avons pas assez de recul pour être certains que cette double tendance va se poursuivre. Quand bien même y a-t-il actuellement moins de pression sur le système hospitalier, on ne peut pas se contenter, en termes de santé publique, d’une mesure qui ne prend en compte que l’activité hospitalière. On peut s’interroger sur les visées électoralistes de cette démarche à notre sens trop prématurée. Il aurait fallu la reporter de deux à trois mois, au début de l’été. »

Quatrième dose pour les plus de 80 ans : les Idel pleinement mobilisés
A noter que conformément à l’avis du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, le Premier ministre a confirmé l’ouverture de la quatrième dose aux personnes résidant en Ehpad et à celles âgées de plus de 80 ans. Cette vaccination aura lieu dans les prochaines semaines en Ehpad, lesquels pourront s’approvisionner via les pharmacies de leurs choix, mais également chez les professionnels de santé de ville, au domicile ou encore, dans les centres de vaccination encore actifs. L’ampleur de la tâche est réelle puisque, rappelle le ministère de la santé, un million de personnes parmi cette catégorie d’âge ne sont pas vaccinées ou rappelées à date. En outre, près de 2,5 millions ont un schéma complet avec un rappel et sont donc éligibles à la quatrième dose.
Nul doute que les Idel seront pleinement mobilisés, la ville étant l’un des vecteurs majeurs de la vaccination, a fortiori à l’heure où les centres de vaccination commencent à fermer. Quant aux cabinets infirmiers, ils demeurent fidèles à la stratégie de « l’aller vers » en prenant l’initiative de recontacter leurs patients concernés par cette quatrième dose.

Partager

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Les services de la FNI

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale.

Je contacte la hotline

Publicité

Guide des formations Afcopil 2022