Mesures dérogatoires prorogées et Oxygénothérapie à domicile : les Idel au cœur du dispositif

L’oxygénothérapie à domicile des patients en sortie d’hospitalisation et en amont doit permettre de soulager la tension dans les services hospitaliers en favorisant le maintien à domicile des patients. Une prise en charge dans laquelle l’Idel joue un rôle clé.

La prolongation de l’état d’urgence sanitaire proroge toute les mesures dérogatoires pour les IDEL jusqu’au 1er juin 2021.

La crainte d’un  rebond de la pandémie et l’émergence des variants demande une anticipation sur une éventuelle saturation des hôpitaux. L’oxygénothérapie à domicile constitue une arme supplémentaire dans le désengorgement des services hospitaliers déjà saturés,

Le ministère de la Santé a publié une fiche pratique sur la place de l’oxygénothérapie à domicile dans l’offre de soins dans le cadre du rebond épidémique de la Covid-19.

La mise en œuvre de l’oxygénothérapie à domicile permet de soulager la pression sur les hôpitaux en favorisant, d’une part, la sortie des patients sous oxygène, et de raccourcir ainsi la durée de séjour par rapport à la première vague de pandémie. Cela permet également, d’autre part, de favoriser les prises en charge à domicile en première intention afin d’éviter, ou de repousser, une hospitalisation pour des patients symptomatiques peu sévères.

La mise en œuvre à domicile se fait après concertation entre les acteurs du soin de ville – médecin traitant, infirmière libérale, prestataire d’oxygénothérapie, éventuellement l’HAD (une équipe hospitalière multidisciplinaire) – selon les modalités pratiques encadrées par les sociétés savantes. Les patients devront être préalablement identifiés auprès du SAMU référent afin d’anticiper une prise en charge urgente en cas de dégradation. Les critères d’éligibilité des patients ont été définis par la Haute Autorité de santé. À noter que ce sont les mêmes pour la prise en charge par les libéraux que ceux définis par l’HAD. L’équipe doit être pluridisciplinaire : un médecin, une infirmière, un assistant social, un psychologue, un kinésithérapeute. L’équipe pluridisciplinaire assure, de manière systématique, l’astreinte 24 heures sur 24, l’évaluation de la compatibilité de l’environnement du patient, et notamment s’il est entouré d’un aidant. L’équipe assure également la prise en charge globale du patient : sociale, nutritionnelle, la réhabilitation à l’effort, la prévention des complications et la prévention de la perte d’autonomie.

Quelle que soit la prise en charge retenue, les objectifs thérapeutiques sont de maintenir une SpO2 supérieure à 92 %, avec un débit d’oxygène inférieur à 4 l/min. Les patients sont équipés d’un saturomètre, et une visite de l’infirmière à domicile pluriquotidienne est organisée. Plusieurs signes d’alerte doivent être à rechercher de manière pluriquotidienne, et la présence de ces signes doit déclencher un contact hospitalier en urgence.

Côté rémunération, l’infirmière peut coter 1 AMI 5,8 + MCI pour le suivi de l’oxygénothérapie à domicile sur prescription médicale.

Si la surveillance s’applique à un patient nécessitant par ailleurs des soins, l’acte AMI 5,8 est cumulable à taux plein en dérogation de l’article 11B dans la limite de 2 actes au plus.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

FORUM NATIONAL DES INFIRMIERS LIBERAUX 9 &10 mars 2021

ELECTIONS URPS 2021

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 27 janvier 2021 (13:52)

Les services de la FNI

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL