Observatoire des violences : les IDEL toujours absents

Après le meurtre de plusieurs de nos consoeurs, après les cas de graves agressions d’IDEL dans l’exercice de leurs fonctions qui se multiplient, l’observatoire des violences n’est pas en mesure de publier les données qui nous concernent, pourquoi?

5 703 infirmiers exerçant en établissement de santé ont été victimes d’atteintes à leur personne en 2014, selon le tout dernier rapport annuel de l’Observatoire national des violences en milieu de santé (ONVS) publié pendant l’été. Par contre, concernant la médecine de ville, l’Observatoire qui travaille en lien avec les Ordres professionnels n’est en mesure de publier que les données relatives aux médecins et aux pharmaciens.

Doit-on en déduire que la priorité de l’ordre des infirmiers, dans un contexte inquiétant de montée en charge des violences auxquelles les IDEL sont confrontés, passerait plutôt par le recouvrement des cotisations assorti de menaces que par le souci de remplir une mission dont les autres ordres s’acquittent?
Si nous voulons que les pouvoirs publics prennent enfin la mesure des injures, menaces, violences auxquelles les IDEL sont confrontés, il faudrait d’abord que l’Ordre des infirmiers remplisse pleinement ses missions. L’Ordre des médecins a quant à lui mis en place des mesures concrètes comme le numéro d’accès direct à la cellule de sécurité départementale réservé ou encore la désignation d’un référent ordinal sécurité au sein des services de la police et de la gendarmerie.