Oui, les Idel doivent absolument se faire vacciner contre la grippe !

Les tutelles autant que les agences sanitaires ont déjà tiré le signal d’alarme : plus que jamais, cette année, la vaccination contre la grippe est un impératif de santé publique pour éviter autant que possible que ses effets s’ajoutent à ceux du coronavirus, a fortiori en pleine deuxième vague épidémique. Sous peine de faire imploser pour de bon un système de santé déjà en tension en cette rentrée. Les Idel sont en première ligne, pour eux-mêmes comme pour leurs patients.Si la répétition est la forme première de la pédagogie, alors il ne faut pas hésiter à le marteler : les infirmiers libéraux doivent se faire vacciner contre la grippe. Il en va de leur santé tout autant que de celle de leurs patients. En ces temps de pandémie de Covid-19, il est en effet tout aussi crucial qu’ils soient en situation d’exercer et qu’ils ne contaminent pas leurs patients. Les chiffres du Centre d’appui pour la prévention des infections associées aux soins (CPias) d’île de France seuls montrent que même si 71 % des Idel étaient à jour de leur vaccination antigrippale, près d’un tiers d’entre eux s’en exonèrent…

Éviter une circulation concomitante du SARS-CoV-2 et des virus grippaux

Dans le contexte actuel, cette situation est encore moins acceptable. La vaccination contre la grippe, qui tue tout de même entre 8 000 et 14 500 personnes par an, est en effet indispensable.
Tout d’abord, pour que les personnes les plus à risque, lesquelles sont peu ou prou les mêmes que pour la Covid-19, ne la contractent pas et ne viennent pas embouteiller les hôpitaux déjà saturés au cas où ils développeraient une forme grippale grave. Autre écueil, celui du diagnostic, nombre de symptômes de la grippe et de la Covid-19 étant similaires, une concomitance des deux obligerait à se faire dépister pour l’une et l’autre. Et ce, alors qu’en ce qui concerne le coronavirus, la politique de testing a montré ses limites organisationnelles et de ciblage.
En somme, le but est clair : éviter à tout prix une circulation concomitante du SARS-CoV-2 et des virus grippaux tout autant que les conséquences potentielles de co-infections au sein de la population.

Populations à risque de complications et professionnels de santé

Pour l’instant, la Haute autorité de santé (HAS) préconise que « la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière doit être réalisée conformément à la stratégie recommandée dans le calendrier des vaccinations 2020 » et de « cibler les populations à risque de complications et les professionnels de santé ». La campagne 2020 sera lancée mi-octobre en Métropole et dans les Départements et régions d’outre-mer (Drom) des Amériques.
Autre précaution logistique réitérée par la HAS, « organiser au mieux les consultations vaccinales et respecter les mesures barrières (espacement des consultations sur rendez-vous et, si possible, isolement des personnes suspectes de Covid-19, aération et nettoyage réguliers des locaux, lavage des mains, port de masque, désinfection des surfaces, limitation du nombre d’accompagnants à une personne…) afin de protéger les professionnels de santé et les patients et d’éviter la transmission du virus SARS-CoV-2 sur les lieux de vaccination ».

Généraliser la vaccination antigrippale ?

L’Assemblée nationale s’est, elle aussi, saisie du sujet puisque le député LREM, Julien Borowczyk, et d’autres élus de la majorité ont publié une tribune pour promouvoir une vaccination généralisée contre la grippe. Mieux, ils suggèrent, d’une part, que les mutuelles prennent à leur charge, cette année, la vaccination afin que tous les Français y aient accès et, d’autre part, que tous les professionnels de santé aient en possession un stock de vaccins. « Cela permettrait de proposer systématiquement une vaccination aux patients et tout particulièrement aux personnes à risque (diabète, pathologies cardiaques…) et de plus de 65 ans », justifient-ils. À ce jour, les mutuelles n’ont toujours pas donné suite… et il reste entier le problème du nombre de doses de vaccins antigrippaux réellement disponibles en France cet automne.

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques

Je pose ma question

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Formations e-learning gratuite NGAP Covid-19

Toutes les INFORMATIONS Coronavirus – Mise à jour : 30 septembre 2020 (21:17)

Formation Insuffisance cardiaque et BPCO

L’AFCOPIL et la Société Française de cardiologie vous proposent une formation DPC validante.

Plus d’infos

Trouvez votre formation sur le site AFCOPIL