Quand la FNI Franche-Comté rencontre François Hollande

Le chef de l’Etat accompagné de Manuel Valls et de onze ministres s’est rendu à Vesoul (Haute-Saône) le 14 septembre dernier pour une « opération séduction » sur la ruralité. Les responsables FNI de ce département et ceux de l’union régionale des professionnels de santé infirmiers libéraux de Franche-Comté (URPS présidée par la FNI) ont été les seuls représentants de la santé libérale associés cette visite. Une marque de reconnaissance à l’égard des équipes de terrain pour la qualité des initiatives et des travaux effectués tous ces derniers temps. Sylvie Régnier, présidente du syndicat FNI de Haute-Saône et Nicolas Schinkel, chargé de mission télésanté à l’URPS infirmiers ont pu s’exprimer quelques instants avec le président de la République. Ils ont été également reçus plus longuement par une cheffe de cabinet du cortège présidentiel. Durant cet entretien d’une heure, les responsables FNI ont pu exposer leur point de vue sur la loi de santé et ses dangers pour l’exercice libéral, mais aussi sur l’Ordre infirmier et la mise en place pas toujours opportune des maisons de santé. Ils sont aussi revenus sur la place cruciale des Idels dans la prise en charge des patients et ont fait part de leur esprit volontariste pour faire évoluer la profession. Le livre « Horizon 2030 vision des soins infirmiers » ainsi qu’un document de l’URPS sur l’exercice infirmier libéral en Franche-Comté a été remis à la représentante ministérielle. Cette dernière, informée de l’investissement des infirmiers franc-comtois, notamment lors de l’expérimentation télémédecine sur la prise en charge des plaies chroniques et la formation à l’utilisation du dossier médical personnel –DMP-, a assuré qu’elle rendrait compte de cet entretien à la ministre de la Santé, retenue par l’ouverture des débats sur la loi de santé au Sénat.