Réforme du DPC

Articulation Collège infirmier français et commission scientifique du DPC, la panne est programmée …Sans moyen, il est fort à parier que ces collèges restent des coquilles vides qui serviront de faire valoir à la HAS pour associer les professions paramédicales à de la pseudo concertation.

 

La réforme du DPC va modifier les modalités de fonctionnement et la composition de la commission scientifique habilitée à agréer les formations éligibles au DPC. Alors que beaucoup de monde s’agite sur les prérogatives de nomination et les nombres de représentants qui seront nommés au sein de cette commission, peu de voix s’élèvent au sein des instances de concertation et notamment au Haut Conseil des Professions Paramédicales (HCPP) sur les moyens qui seront alloués aux collèges professionnels.

En effet, la réforme donne aux collèges professionnels initiés par la HAS des prérogatives qui ne se limitent pas à de simples nominations. Ces collèges et notamment le Collège infirmier Français, auront à produire, et personne aujourd’hui ne semble attaché à ce qui préside au bon fonctionnement d’une association à savoir ses moyens.

C’est un peu comme si un constructeur automobile s’attachait à construire une nouvelle voiture fonctionnant avec un carburant qui n’existe pas ….

Dans quelques mois, quand l’agitation des nominations sera retombée, il ne restera qu’un lourd travail à réaliser, le travail en commission scientifique et au sein des collèges professionnels. Les commissions scientifiques auront des moyens de fonctionnement, pas les collèges. Pour peu que ces derniers acceptent de pousser la voiture (faute de carburant)…. on peu raisonnablement s’interroger sur l’avenir des articulations entre les commissions scientifiques et les dits collèges…

La FNI a milité, dans une démarche pragmatique, pour un maintien de la composition de la commission scientifique en l’état (Commission pluri professionnelle), pour un statut indépendant de cette dite commission et enfin pour l’octroie de moyens financier aux collèges professionnels.

La réforme nous laisse au milieu du gué, avec ce sentiment que les instances chargées de pousser le véhicule (Les collèges professionnels) vont très rapidement se fatiguer….

SAUF à ce que les collèges soient aux mains des centrales syndicales de salariées en délégation syndicale, on ne voit pas aujourd’hui comment le secteur libéral pourra être correctement associé aux travaux.

Les collèges se disent prêts à pousser…. La question à ce stade est : combien de temps ?