Vaccination des personnes en perte d’autonomie : Le domicile c’est les IDEL !

Les vaccins à ARN-Messager nécessitent une conservation à très grand froid, les contraintes logistiques sont considérables. À partir de février, et malgré quelques retards annoncés par l’entreprise, la France devrait recevoir entre 4 et 5 millions de doses vaccin AstraZeneca par mois. Ce qui peut changer la donne !

L’arrivée de ce vaccin AstraZeneca/Oxford marquera LE tournant décisif dans la stratégie vaccinale. Largement moins onéreux que ses concurrents, permettant un espacement plus long entre les deux injections, ce vaccin présente l’énorme avantage de se conserver dans un simple réfrigérateur, comme celui contre la grippe. Dès lors, il serait impensable que la vaccination ne s’appuie point sur l’énorme réseau des professionnels de santé, en particulier les 140.000 infirmières libérales, qui prodiguent régulièrement, et parfois quotidiennement, des soins à des millions de patients, sept jours sur sept.

Confier aux infirmières libérales, en autonomie, la vaccination par le vaccin AstraZeneca/Oxford (ou tout équivalent générique ou non qui pourrait arriver sur le marché) de 5 à 10 millions de personnes à domicile âgées et/ou vulnérables médicalement permettrait de vacciner en masse les Français les plus exposés aux risques d’hospitalisation. Cette seule mesure permettrait de désengorger les services de réanimation et de faire chuter la courbe des décès, conditions clé d’un retour à une vie normale pour des dizaines de millions de Français.

Tous les jours, plus de 75 % des plus de 75 ans en perte d’autonomie sont pris en charge par des infirmières et infirmiers du secteur libéral.

Et pourtant, ce qui devrait être une évidence ne l’est pas pour tout le monde, en particulier la HAS qui exige encore la présence d’un médecin lors de la vaccination, alors que le recul que nous avons déjà sur ces vaccins contre la Covid permet d’affirmer que le risque allergique n’est pas plus important qu’avec celui contre la grippe. La HAS accepterait de remplacer la présence du médecin par une simple supervision, ce qui peut se concevoir si elle n’implique pas une perte de temps pour remplir des formulaires ou renseigner des champs sur un site internet.

Autre avantage : dans l’hypothèse où un variant éventuellement résistant au vaccin deviendrait majoritaire, ce que certains « experts » annoncent pour la France en mars, bref si la Covid était saisonnière comme la grippe, il faudrait re vacciner dans un court laps de temps des millions de personnes. Précisément ce que les infirmiers savent faire. Leur vélocité (parfois au sens propre du terme) est un atout pour rendre notre système de santé plus agile !

L’heure n’est pas aux querelles de chapelles, aux oppositions corporatistes, au pinaillage bureaucratique. Médecins, pharmaciens et infirmiers, associons nos forces et nos réseaux pour réussir ensemble cette campagne de vaccination massive dans les lieux où nous serons les plus efficaces. Les médecins dans leurs cabinets, les pharmaciens dans leurs officines et les infirmiers au domicile des patients et dans leurs cabinets.

Les infirmiers, eux, sont déjà fin prêts, dans les starting-blocks. Ils sont des professionnels de santé qualifiés, formés, proches des patients. Il suffit de leur faire confiance.

Partager

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Publicité

Les services de la FNI

Publicité

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale.

Je contacte la hotline

CORONAVIRUS COVID-19

Publicité

Guide des formations Afcopil 2022