Vers un boycott de la vaccination en pharmacie ?

La rémunération proposée de 4,50 € pour la vaccination en officine hérisse les pharmaciens, prêts à refuser l’expérimentation si le tarif n’est pas réévalué.

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France estime que ce tarif – le même que celui d’une primo-vaccination effectué par une infirmière libérale, agissant sur prescription médicale – serait de nature à « dissuader les pharmaciens d’officine de participer à cette expérimentation, avec le risque de manquer l’objectif d’amélioration de la couverture vaccinale ». Interrogé par Le Moniteur des Pharmacies, le président de la FSPF estime même que « La vaccination nécessite une adaptation de l’officine. Ce qui est prévu ne permet pas à l’officine de faire face aux contraintes et de rémunérer correctement les personnes. C’est scandaleux ».

De toute évidence le président de la FSPF ignore que le tarif précité de 4,50€ est un tarif majoré lorsque cette vaccination représente un acte unique, il n’est facturé par une infirmière que 3,15€ lorsqu’il est réalisé en même temps que d’autres actes infirmiers au cours de la même séance, avec application de la décote de 50% pour les deuxième acte. Pire, il est totalement gratuit lorsqu’il est réalisé au cours d’une séance de soins infirmiers AIS 3 pour les personnes en perte d’autonomie !
Dans un tel contexte où est le vrai scandale ? Est-il lié au fait que les pharmaciens s’octroient des compétences qu’ils n’ont pas pour priver les infirmières du champ d’activité historique qui est le leur ou porte-il sur le niveau de rémunération des actes infirmiers qu’ils auraient surestimé ? C’est ça la vraie question !

N’est-il pas en soi encore plus scandaleux de revendiquer pour le même acte des tarifs supérieurs à ceux qui sont en vigueur chez les professionnels dont c’est le métier ? Le scandale ne résiderait-il pas dans le fait que les textes qui encadrent cette expérimentation n’imposent même pas aux pharmaciens le minimum requis pour dispenser des soins infirmiers ? A commencer par la présence d’un point d’eau. Les pharmaciens qui n’ont aucune expérience acquise en matière d’injection ont-ils anticipé les conséquences des réactions incontrôlées de certains patients à la simple idée de l’effraction cutanée, tels que gestes défensifs involontaires, malaises vagaux ? Sont-ils pleinement conscient que certains patients vont encombrer les urgences hospitalières au moindre hématome accidentel au point d’injection, lorsqu’ils ne doublent pas la démarche d’une plainte à l’ordre professionnel concerné ?

La FNI par contre, pointe un autre scandale sur lequel la FSPF reste étrangement silencieuse : les pharmaciens expérimentateurs percevront une prime de 100€ par an à partir de cinq patients vaccinés ! Il n’est certainement jamais venu à l’idée des promoteurs de cette expérimentation scandaleuse que sans bénéficier d’aucune aide financière, les infirmières libérales, elles aussi, doivent faire face à de multiples contraintes, notamment la mise aux normes de leur cabinets.

Confrontée à cette énième provocation, la FNI revendiquera en ouverture des prochaines négociations conventionnelles :
· l’extension de la revaccination antigrippales par les IDEL à toute la population sans restriction, comme l’a préconisé Marisol Touraine avec une prime annuelle équivalente à celle dont bénéficient les pharmaciens
· le droit d’exercer comme les pharmaciens une activité commerciale afin de pouvoir délivrer directement aux patients en perte d’autonomie tous les dispositifs médicaux non médicamenteux nécessaires à leur maintien à domicile dans un but de simplification des circuits et de soulagement des aidants naturels.

« Enfin, la FNI enjoint les syndicats de médecins à faire preuve de solidarité envers les infirmières pour faire barrage à cette délégation d’acte médical aux pharmaciens en donnant pour consigne à leurs adhérents d’assortir toute prescription de vaccins de la mention « à faire pratiquer par infirmière DE.»

En conclusion : « chacun son métier, les vaches seront bien gardées » !

Partager

Adhérez à la FNI

Ne laissez pas les autres décider à votre place : rejoignez la Fédération Nationale des Infirmiers !

Déjà adhérent(e) ?

Trouvez le syndicat FNI le plus proche


Publicité

Les services de la FNI

Publicité

Le service juridique

Le service juridique de la FNI répond de façon personnalisé à vos questions juridiques et propose des consultations juridiques par téléphone.

Service juridique

La Hotline Cotation Nomenclature

Interrogez les experts nomenclature pour vous aider dans vos difficultés de cotation d’actes

Je contacte la hotline

La Hotline FNI Compta

Interrogez nos experts pour toute question comptable, sociale et fiscale.

Je contacte la hotline

CORONAVIRUS COVID-19

Publicité

Guide des formations Afcopil 2022